33000
paged,page-template,page-template-blog-large-image,page-template-blog-large-image-php,page,page-id-33000,paged-7,page-paged-7,theme-stockholm,multiple-domain-eva-vautier-com,stockholm-core-2.3,non-logged-in,woocommerce-no-js,actualite,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-8.9,fs-menu-animation-underline,,qode_menu_,qode-elegant-product-list,qode-single-product-thumbs-below,wpb-js-composer js-comp-ver-6.6.0,vc_responsive

News

ANITA GAURAN

SCRAP SHOW

Exposition du 14 septembre au 20 octobre 2017

Lien: https://www.phakt.fr/exposition/anita-gauran-scrapshow

Anita Gauran développe une recherche photosensible, à la fois étrange, inquiétante et savante, et dans le même temps ludique et généreuse. L’artiste travaille à partir d’une matière photographique prélevée dans les musées et dont les différents éléments sont ensuite mis en perspective les uns les autres. Ils font l’objet de photomontage et autres ajouts qui à la fois les altèrent et les révèlent.
DES FIGURES DU PASSÉ
A l’heure du tout numérique, Anita Gauran développe une posture singulière au sein d’une génération qui fait sienne la réappropriation d’images largement disponibles sur le web. Munie d’un appareil argentique, l’artiste arpente les musées et les sites archéologiques dont elle exhume des figures séculaires, statuaires antiques, bas reliefs médiévaux, reliques, pour en faire les sujets de sa production photographique. Sans nostalgie ni passéisme, l’artiste dresse le portrait intime d’une civilisation aussi vénérable qu’hétérogène. Autour des points de vues resserrés en noir et blanc, attachés aux corps et aux détails, le hors champ photographique produit une atmosphère mystérieuse, hors du temps, un vide à investir dont l’artiste s’empare avec une irrévérence bienveillante.

 

CHARLOTTE PRINGUEY-CESSAC

  «  Il y’a bien quelqu’un qui finira par l’amener quelque part.. »

Vernissage vendredi 6 octobre à 18h
Nuit de la Création : L’Art Contemporain à Versailles le Samedi 7 octobre de 20h à 1h.
Vitrine privilégiée de la jeune création versaillaise, la Nuit de la création propose, pour sa 6ème édition, un parcours
sur 14 sites accueillant installations, spectacles, expositions et performances, en accès libre, sur le thème « Sol vertical ».
Outre Joseph Dadoune, artiste invité à l’Espace Richaud, cet événement permet de découvrir le talent d’artistes confirmés,
tels que Charlotte Pringuey-Cessac et Edouard Boyer.
La Ville de Versailles invite Charlotte Pringuey-Cessac au Carré à la Farine.
L’exposition Il y a bien quelqu’un qui finira par l’amener quelque part… présente une sélection de ses derniers travaux
notamment réalisés lors de trois résidences récentes.
En 2016 – 2017, l’artiste plasticienne était en résidence aux abords de Versailles, invitée par des mécènes privés,
puis à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges la conduisant au Centre International d’Art Verrier de Meisenthal et enfin à Penta di Casinca en Corse afin de développer son approche de la sculpture et du dessin dans l’espace.
Carré à la Farine – Marché Notre Dame
70 bis rue de la paroisse
78 000 Versailles
                                                

JOSEPH DADOUNE

SILLONS

Dans le cadre de la “Nuit de la création”, parcours urbain dans l’art contemporain
qui se déroulera le 7 octobre 2017, la Ville de Versailles a mis à l’honneur le travail
de l’artiste contemporain Joseph Dadoune, actuellement en résidence sur le territoire de Versailles Grand Parc.

Artiste invité de cette 6ème édition, il présente une sélection d’œuvres récentes à l’Espace Richaud. À côté du monumental « Kiosque noir » sont exposées trois séries d’œuvres, « Goudrons », « Calendriers impossibles », et « Fleurs / After wars », offrant un panorama complet de la pratique artistique et des questionnements de l’artiste. Ce dernier a également souhaité mettre son travail en résonance avec des œuvres de Geneviève Asse, Camille Henrot, Eugène Leroy, Aurélie Nemours, Jean-Michel Othoniel, et Jean-Michel Sanejouand, toutes choisies dans les collections du FRAC Île-de-France.

Espace Richaud • 78, boulevard de la Reine • Versailles

Exposition présentée du samedi 7 octobre au dimanche 3 décembre 2017
avec le concours du FRAC Île-de-France

si l’email ne s’affiche pas correctement cliquez-ici

eva vautier

gregory livre

La galerie Eva Vautier a le plaisir de vous convier

à une rencontre-dédicace

avec

GREGORY FORSTNER

pour la publication de sa monographie.

vendredi 16 juin 2017


à 18h00 

À cette occasion, une sélection d’œuvres de l’artiste sera présentée

En savoir plus sur l’artiste

gregory livre

À travers 224 pages présentant des documents inédits, un texte introducteur de Gilles Fuchs, un essai d’Henry-Claude Cousseau et un entretien entre Caroline Hancock et Gregory Forstner, cette monographie parcourt plus de quinze années de travail de l’artiste entre la France, l’Allemagne et les États-Unis.

« Il y a dans le travail de Forstner une dimension autobiographique évidente et sur laquelle il nous invite d’ailleurs à nous pencher. Et il se peut bien que la peinture ait été finalement pour lui le meilleur moyen de faire un sort à la tournure romanesque de sa vie, de la considérer non comme une aventure de plus mais comme une occasion opportune d’en expliciter, d’en commenter pour lui-même, la singularité. »

Extrait du texte d’Henry-Claude Cousseau

« Vos sujets sont abordés sous forme de fables, de parodies, de paraboles, de mythes personnels ; en filigrane, se dressent Jean de La Fontaine, William Hogarth, Art Spiegelman, Jörg Immendorff. Toujours présente à partir d’archétypes et de stéréotypes,

la culture populaire se mêle de telle façon à la ” grande peinture ” et à l’histoire que vous parvenez à en faire une question intime. Impossible de ne pas faire le lien avec la contemporanéité des réalités sociales, politiques et culturelles de nos sociétés. »

Extrait du texte de Gilles Fuchs

« Spiegelman induit ainsi une empathie coupable du lecteur. Dans mon travail, cette empathie s’est cristallisée sur le chien. L’avantage du masque-chien, c’est qu’il offre une panoplie infinie de races, de gueules, et donc de possibilités d’identification et, comme le dit si justement Spiegelman, de coincer le spectateur avec sa propre humanité corrompue et défectueuse. »

Extrait de l’entretien entre Gregory Forstner et Caroline Hancock

En partenariat avec la galerie Mathias Coullaud, Les Éditions Dilecta, la galerie Zink Christophe Langlitz Art

paris art     la strada      botoxs  comminté des galeries

_____________________________________________________

twitter     google+   fb   instagram

Galerie Eva vautier

2 rue vernier
06000 Nice
France 

google map

Du mardi au samedi de 14h à 19h

 et sur rendez-vous

contact: galerie@eva-vautier.com

tel: 09.80.84.96.73

http://www.eva-vautier.com

inscription newsletter/désinscritption

 

Bas-côté, performance de Crash-test et concert de Moju

Bas-côté, performance de Crash-test

et concert de Moju 

sur une proposition du Centre D’art Les Capucins 

samedi 3 juin de 16h 30 à 18h,

 

BAS-CÔTÉ, une proposition de CRASH-TEST pour les Visiteurs du soir du réseau BOTOX(S).

Le samedi 3 juin 2017, entre 16h30 et 18h.
17h: Concert de Moju Moju devant la galerie Eva Vautier
4 voitures à la fois oeuvres et lieux d’exposition : 2 circulant dans les rues de Nice et 2 garées devant la galerie Eva Vautier.

Communiqué :
Il y a dans le fait de disposer d’un véhicule un potentiel d’autonomie jouissif. Qui possède une voiture, est capable de s’évader et de débarquer, de conquérir et de déserter.
Les contextes, que nous fuyons, et ceux pour lesquels nous prenons la route, témoignent de ces moments d’exil. Ce temps de déplacement n’est nalement que la vacance de ces deux postes et par là, possède un caractère transitionnel unique.
Aux yeux de la loi, l’intérieur de la voiture est propriété privée. Autant qu’entre quatre murs, lieu de l’intime, la tôle du véhicule sépare l’occupant de l’espace public dense. Le locataire en est le seul maître à bord et libre à lui de s’extraire des pesanteurs d’un monde toujours plus normé.
Quelles sont les différentes façons de s’approprier cet espace privé, quelles activité s’y développent? Quels en sont les dérives et dérivés?

CRASH-TEST investit le véhicule comme espace et dispositif de monstration, avec ses contraintes et ses atouts. Un espace réduit, connoté mais qui permet de faire voyager une recherche, une proposition. Parce qu’il est aussi un espace accessible, léger, débarrassé des contraintes liées à la gestion d’un lieu conventionnel, il facilite et valorise les pratiques et expérimentations éphémères et uides.

CRASH-TEST est un projet qui au départ, allie voiture et tissus. Il s’étend à d’autres formes comme ici pour Bas-côté, mais garde ces deux composants de base comme identité de ses

apparitions.

Clémence Marin

Avec la participation de : Matthieu Bertéa, Juliano Lacave & Morgan Patimo (Moju Moju), Clémence Marin & Marguerite Reinert, Fanny Spano

crashettest.tumblr.com

Sans titre, issue de la série Images placard, Marguerite Reinert, 2017.