Actualité | Galerie Eva Vautier
Dans un bel espace dédié à l’art au cœur du quartier Libération, Eva Vautier, offre un nouveau regard sur l’art contemporain et ses pratiques artistiques (sculpture, photographie, peinture, dessin, vidéo). La galerie accueille de jeunes artistes émergents comme des artistes issus de courants artistiques majeurs. Des performances et des débats rythment régulièrement les grandes expositions de l’année. La galerie propose également une sélection de sérigraphies et d’éditions limitées en lien avec son actualité artistique et culturelle. Et pour les passionnés l’arthothèque de la galerie offre un large choix des sérigraphies à la location.
art contemporain;serigraphie;galerie;nice;eva;vautier;ben;vautier; art contemporain Serigraphie galerie nice eva vautier ben artiste niçois juin 2013 benoit barbagli sandra lecoq editions ben vautier officiel
22939
page-template,page-template-blog-large-image,page-template-blog-large-image-php,page,page-id-22939,theme-stockholm,cookies-not-set,woocommerce-no-js,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.5,menu-animation-underline,qode-elegant-product-list,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Kristof Everart

Entropie d’un territoire
Kristof Everart
Villa Arson
Du 14 février au 3 mai 2020
Vernissage jeudi 13 février à 18h
Exposition du 14 février au 3 mai 2020.

 

Lors d’une résidence à L’INRIA – Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Sophia-Antipolis), organisée en partenariat avec UCA – Université Côte d’Azur, Kristof Everart a travaillé durant l’année 2018 sur les flux de déplacements humains sur une zone géographique entre Nice et Marseille.
Des études et des expérimentations ont permis l’émergence d’un travail artistique qui retranscrit visuellement ces impacts humains sur ce territoire.
« En tant qu’artiste, j’emprunte à la science et j’interroge les différents concepts d’occupation des territoires. J’expérimente et développe différents procédés numériques et plastiques.
Suite aux différents relevés effectués dans des laboratoires d’urbanisme et de géologie, j’ai instauré un protocole de recherche en lien avec l’intense urbanisation entre Marseille, Sophia Antipolis et Nice. Il s’agissait pour moi de fixer sous la forme de modélisations abstraites la densité de l’insertion humaine dans ce territoire.
Par des procédés de cartographies, en surface et en épaisseur, j’ai ainsi extrait des « valeurs fortes », comme l’intensité des déplacements, mais aussi l’influence et la répercussion des ondes électromagnétiques s’y référant.
Mon souhait n’est pas d’illustrer les phénomènes physiques et scientifiques mais bien de les interpréter par la production d’œuvres sous forme de dessins, de peintures, de sérigraphies et d’installations ».

 

Le travail qui en résulte est présenté à la Villa Arson sous l’intitulé « Entropie d’un territoire ». Ce titre exprime, au delà d’une simple « transformation » (sens étymologique du mot entropie), un niveau de désorganisation et d’imprévisibilité d’un système et ainsi rend sensible au moyen de l’art le chaos qui le caractérise.
Kristof Everart
Né en 1966, Kristof Everart vit et travaille à Nice. Artiste pluridisciplinaire, il utilise différents arts visuels, la lumière et le son, individuellement ou sous forme d’installations.
Son travail consiste à traduire les différents courants d’énergies liés à la situation géographique d’un site ou d’un lieu, ainsi que les incidences humaines s’y référant. Ses œuvres traduisent des migrations, en utilisant les études sur les flux de déplacements et les translations dues aux situations politiques et sociales.
«J’estime la relation à l’espace et au vivant comme un système d’interdépendances complexes dans lequel le rôle et la valeur de ceux-ci sont notamment déterminés par la perception et l’évaluation subjective dont un lieu, un paysage, un habitat, ou un espace vide est l’objet. Derrière chaque espace domestiqué, derrière chaque environnement, il y a des stratégies individuelles, guidées par des cultures et des usages spécifiques dans des contextes donnés».

Rendez-vous avec l’artiste
Au cours de cette exposition, Kristof Everart invitera le public à plusieurs visites/rencontres. Programmation à venir sur cette page.

Remerciements : Arnaud Legout, directeur de recherche à l’Inria (Sophia Antipolis) ; Fabrice Decoupigny, directeur de recherche en urbanisme et géographie, Université Côte d’Azur ; Pierre Cataneo, géologue, société Geosat (Marseille).

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Exposition du 14 février au 3 mai 2020.
Ouverte tous les jours sauf mardi, de 14h à 18h.
Fermée le 1er mai.
Entrée libre
Venir à la Villa Arson

Rendez-vous / Point de vue sur les expositions
Tous les jours, sauf le mardi, à 15h, un·une méditeur·ice accompagne le public dans les expositions à la découverte des œuvres de son choix.
Ouvertes à tous les publics, sans réservation préalable et en accès libre, ces visites permettent au visiteurs d’appréhender les enjeux de chaque exposition.

Réseaux sociaux
#KristofEverart
#villaarsonnice
@villa_arson

…………..

Inria est l’institut national de recherche en sciences et technologies du numérique.
La recherche de rang mondial et l’innovation technologique constituent son ADN, avec pour ambition de faire émerger et d’accompagner des projets scientifiques et entrepreneuriaux créateurs de valeur pour la France dans la dynamique européenne. Le centre de Sophia Antipolis, membre fondateur de l’IDEX UCAJedi, est l’un des 8 centres où chercheurs et ingénieurs Inria vivent leur passion pour le numérique au quotidien en mode interdisciplinaire au sein d’équipes-projets, pour la plupart communes avec leurs partenaires académiques.
www.inria.fr

Hors les murs

SANDRA LECOQ

Female Wild Soul

Espace Arts Plastiques – Vénissieux

Commissariat de l’exposition : Julie Crenn
 

Vernissage le Vendredi 6 mars à 18h30
© Sandra Lecoq, De vous rien ne m’émeut , 2013
 

Sandra Lecoq / Female wild soul – De sa formation à la Villa Arson à Nice, il reste des chiffons. Des morceaux de tissus avec lesquels Sandra Lecoq nettoyait ses pinceaux, frottait ses toiles et ses mains. Au départ, le désir de faire de la peinture était au centre d’une pratique en devenir. Après l’école, l’artiste se détache de la toile pour envisager autrement la peinture et l’espace. Female Wild Soul. Elle tresse les chiffons, salis de couleurs, pour en faire des mandalas textiles. Les chiffons sont manipulés de différentes manières : déchirés, noués, tressés, enroulés. Ces premières expériences du tissu vont engendrer vers 2001 la naissance de la série intitulée Pénis Carpet. À partir de ses propres vêtements, ceux des membres de sa famille ou de ses ami.e.s, elle déchire, tresse, noue et enroule des formes informes, qui, une fois posées au sol, évoquent des sexes masculins. Les tapis chamarrés sont autant de territoires que de membres étrangement familiers. Articulés au sol, ils prennent l’espace, décident de la circulation, captent la lumière. Sans littéralement faire de la peinture, Sandra Lecoq se joue, non sans humour, du support et de la surface. Female Wild Soul. Les œuvres peuvent être envisagées comme autant de pieds de nez aux acteurs du mouvement plastique et pictural dont elle est une héritière. Les tapis, les peintures cravates, les dessins, les céramiques et les mots constituent une réaction, une réponse, une revendication et une affirmation : celle d’une singularité. Celle d’un art conscient de sa puissance féminine et féministe. Un art qui n’hésite pas à provoquer, à bousculer, voire à insulter pour tenir tête, pour exister, librement.

 

Exposition dans le cadre du festival ESSENTI'[ELLES]
Espace arts plastiques Madeleine-Lambert Maison du peuple
12 rue Eugene-Peloux
69200 Vénissieux / tel  04 72 50 89 10

Hors les murs

PALAM

Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Evan Bourgeau, Camille Franch-Guerra, Omar Rodriguez-Sanmartin, Florent Testa et Anne-Laure Wuillai, Benjamin Fincher
 

Sous la glace, l’eau

Caisse d’Epargne Masséna, Nice

Commissariat de l’exposition Lélia Decourt et Rébecca François

 

Vernissage le 31 janvier à 18h00
Exposition présentée du 1er février au 29 Mai 2020
Sous la neige la glace, sous la glace l’eau, 2019, PALAM

 

Palam ouvre ici une nouvelle aventure. Riche de ses expériences de marches en milieu naturel, sensible à l’écologie, le collectif récidive dans l’enceinte de la Caisse d’Épargne de la Place Masséna à Nice et invite le musicien multi-instrumentiste et performatif Benjamin Fincher à se joindre à ce périple.
Palam prend à bras le corps les contraintes présentes, s’en joue et vous propose de questionner ce paradoxe initial : au combien le souci écologique s’effrite-t-il dans l’antre du Capital ?
Palam prend cette difficulté avec le plus grand sérieux, et s’efforce avec un regard pour le moins critique de mettre au jour ces tensions sous-jacentes en donnant une vision si ce n’est politique au moins poétique.
Plus qu’une exposition, « Sous la glace, l’eau » est un parcours initiatique, une chasse au trésor, qui ne pouvait se suffire à questionner l’espace d’exposition. C’est ainsi qu’elle invitera les plus téméraires d’entre vous, loin du cadre normatif du pouvoir symbolique, à plonger dans la nature, au sommet des montagnes.
 

Agence Caisse d’Épargne Masséna
6 Place Masséna,
06000 Nice
Ouverture mardi, mercredi et vendredi de 8h45 à 12h30 et de 14h à 17h
Jeudi de 8h45 à 12h30 et de 15 à 17h
Samedi de 8h45 à 12h45

Hors les murs

PALAM

Benoît Barbagli, Tom Barbagli, Omar Rodriguez Sanmartin, Florent Testa, Anne‑Laure Wuillai & le poète Tristan Blumel.
 

En présence de…

Chapelle Sainte-Elisabeth, Villefranche-sur-Mer

Vernissage le 17 janvier à 18h00
Réservoir,  2017, PALAM

 

Le 17 janvier, c’est l’anniversaire de l’art. C’est du moins ce que Robert Filiou à décrété, le jour de son propre anniversaire. Nous sommes souvent d’accord avec Filiou. La vie, l’art, tout ça, avec poésie. Alors nous avons dit « oui » à la célébration de cette date anniversaire, autour d’une exposition organisée par Éric de Baker à la Chapelle Sainte-Elisabeth, à Villefranche-sur-Mer.
Si la météo nous le permet …Nous embarquerons sur un bateau. Nous plongerons, nagerons, peut-être nous coulerons – de la cire dans la mer, ou de la mer dans des boîtes. Sur l’eau, ou sous l’eau, nous jouerons des circonstances météorologiques. Pour l’heure, inondations et tempêtes malmènent une communication sub-marine.

PALAM, c’est une nouvelle aventure, une suite, après l’expédition « Azimuth », menée l’hiver dernier. C’est aussi, depuis le latin, la traduction « en présence de … ». Et nous vous attendons nombreux, le 17 janvier.
 

Chapelle Sainte-Elisabeth,

Villefranche-sur-Mer.
Ouverture de l’exposition : Vendredi I7 janvier de 11h à 2Ih
Samedi I8 janvier & dimanche I9 janvier 11h à I8h

Hors les murs

CHARLOTTE PRINGUEY-CESSAC

 

Bruit originaire

Exposition Musée Terra Amata et Galerie contemporaine du Mamac

Du 6 décembre 2019 au 17 mai 2020

LIGNE – 2019 – © PHOTO SIMONE SIMON / CHARLOTTE PRINGUEY-CESSAC VILLE DE NICE / PG – 10/2019

Bruit originaire est une invitation à un voyage dans le temps, des premières traces d’occupation humaine à Nice il y a 400 000 ans et du témoignage des pierres taillées laissées par cette communauté, aux expériences menées aujourd’hui par l’artiste Charlotte Pringuey-Cessac pour convoquer la mémoire vibrante de ces vies passées. La préhistoire, les outils et méthodologies de l’archéologie constituent une source pour son travail, une matière à partir de laquelle elle tisse des expériences et des récits, s’autorisant des vagabondages entre la science et la licence poétique, la trace laissée par l’histoire et sa réinvention contemporaine.
Pensée comme un parcours, son exposition à Nice se déploie du musée de Préhistoire de Terra Amata, épicentre de l’activité de ces premiers hommes, au MAMAC, en passant par la colline du château où, en 2013, fut découverte une sépulture peuplée de restes funéraires datant des XIIe et XIIIe siècles.
Cette promenade à travers les siècles s’articule autour de l’idée d’un Bruit originaire, expression empruntée au poète Rainer Maria Rilke. Après qu’il ait découvert avec émerveillement le potentiel des premiers phonographes, il rêve à « une chose inouïe » : « mettre en sons les signatures innombrables de la création qui durent dans le squelette, dans la pierre, (…), la fissure dans le bois, la démarche d’un insecte », et entendre la mémoire d’un être disparu en parcourant les sillons du crâne avec l’appareil… Entre pensée romantique et fantasme démiurgique, cette aspiration de Rilke à réanimer l’absence, est un fil conducteur de la proposition de Charlotte Pringuey-Cessac.
La convocation d’un monde révolu, le dialogue intime avec les témoins du passé et la pensée magique dont elle investit ce qui semble inerte, dessinent une ode sensible à la mémoire et aux bruissements de ce qui n’est plus : nos origines.
Hélène Guenin, directrice du MAMAC

PLAN Bruit Originaire

 

 

 

2019 – Installation in situ en porcelaine, dimensions variables

Hors les murs

 

La vie est un film – Ben et ses invités

 

Ben Vautier, La vie est un film, 2019

 

La vie est un film – Ben et ses invités au 109
Exposition du 15 juin au 19 octobre 2019
Vernissage vendredi 14 juin à 18h33
Week-end évènement Éclairage Public #3
Du vendredi 14 au dimanche 16 juin

Ben Vautier, Vue d’exposition, 2019

 

 

Dans le cadre de L’Odyssée du cinéma – Nice 2019, la Ville de Nice et le collectif d’artistes La Station, en étroite collaboration avec Eva Vautier, invitent Ben Vautier pour une grande exposition d’été : La vie est un film. Plus de 500 œuvres de Ben, retraçant 50 ans de création, seront installées dans la grande halle du 109, de plus de 2000 mètres carrés, qu’il a choisi de partager avec des invités, artistes, amis de longue date ou jeunes créateurs. Cet espace en perpétuel mouvement accueillera production filmée, évènements, performances et débats, si chers à l’artiste.
Moment phare de cette exposition, la soirée du vernissage sera également le lancement de la saison 3 d’Éclairage Public, un week-end de rendez-vous créatifs et conviviaux du 14 au 16 juin.
La vie est un film – Ben et ses invités
Présentation et signature du catalogue “La vie est un film”
À l’occasion du finissage de l’exposition de Ben et ses invités Au 109,  89 route de Turin, Nice
 

catalogue la vie est un film