• Sort Blog:
  • All
  • Accueil
  • Articles de presse
  • Ben Vautier
  • Création d'artistes
  • Débat philosophique
  • Evenements
  • Expositions
  • Foire
  • Hors les murs
  • Non classé
  • Non classifié(e)
  • Performance
  • Projets artistes
  • Uncategorized

Simone Simon

Photographe de métier, Simone Simon développe depuis quinze ans une pratique artistique mêlant prises de vue, vidéos, enregistrements sonores et témoignages écrits. Chacun de ses projets est construit de façon pragmatique, pour rendre une réalité brute, souvent poétique. Ancrée dans une démarche sociale, elle cherche dans les sujets qu’elle capte un témoignage vivant, où l’absence et le temps pèsent tantôt comme une menace, tantôt comme un espoir.

 

Ainsi, le temps semble s’être arrêté lorsqu’elle photographie des quartiers industriels et des infrastructures désaffectées dans plusieurs villes européennes, donnant à la lumière le premier rôle (Souriez, on se détruit, Ainsi va la lumière). Avec Les portes du St Pierre (éd. Le Passager Clandestin), elle va à la rencontre de femmes dans une banlieue de Nice alors que leur immeuble insalubre, déjà à moitié abandonné, s’apprête à être détruit.

 

Invoquant les souvenirs enfouis de l’enfance, berceau des premières émotions, elle rassemble des témoignages audio, à la limite du rêve (Ne regardez pas le renard passer). Avec Nostalgie du présent, clin d’œil à l’univers de Paul Auster, elle met en vis-à-vis des visages d’enfants et d’adultes : « Tout est déjà inscrit dans un visage d’enfant »*, constate-t-elle et les doubles portraits qu’elle propose font surgir de façon troublante l’étonnante ressemblance d’un visage que le temps ne peut dénaturer.

 

Souvent, Simone Simon s’appuie sur la participation d’anonymes (Sur le passage de quelques personnes à travers…) et quelle que soit la problématique posée, les images, récits et témoignages parlent un langage commun à tous. L’artiste met en relief des images mentales, des convictions, des regrets ou des rêves, en prenant le temps d’écouter, avec la volonté forte de ne rien mettre en scène, mais simplement de saisir une réalité subjective dans laquelle chacun peut retrouver un peu de soi et de son rapport aux autres. C’est également sa démarche lorsqu’elle réalise avec Eric Antolinos le film, Boxing-club, tourné dans un club de boxe de la banlieue niçoise. Là, elle laisse la parole libre et s’attarde sur les gestes sportifs et sur les attitudes qui fabriquent le lien entre ces habitants de toutes les générations et de communautés confondues.

 

Dans son travail actuel de photographies et de témoignages, Le vent se lève, elle réunit une trentaine de témoignages de femmes dans le rapport souvent heurté qu’elles entretiennent avec leur corps. Posant nues dans un cadre qui leur est intime, ces femmes anonymes affirment leur volonté de liberté : elles s’élèvent contre les diktats culturels et les codes esthétiques, souvent aliénants.

 

Sans jamais verser dans le pathos, ni revendiquer un quelconque militantisme, elle évoque pourtant comment les vies des gens sont touchées par les décisions politiques de tous ordres. Bienveillance et lenteur fabriquent cette poésie si particulière, où le temps semble suspendu.

 

* Paul Auster in, L’invention de la solitude, éd. Actes Sud, 1993

 


 

SIMONE… SIMON…

En ce début d’après-midi qui annonce une Côte que nous aimons tant et que nous retrouvons enfin, après ces quelques mois de barbarie, cette Côte si joliment nommée par Stephen Liégeard, d’azur, je regarde, interlope, ce visage -celui de Simone Simon- alors que nous sommes tous les deux assis, côte à côte, sur le canapé en skaï orange de mon bureau. Pour tout dire, c’est elle qui se tourne vers moi et me regarde. Ses épaules étroites, tout son buste, ses jambes l’une contre l’autre avec ses mains posées délicatement dessus, tout son corps se fixe comme « objectif » de me regarder et pas seulement. Elle me voit. Sait-elle qu’intérieurement, je m’amuse de ce nom qui transpire d’ambiguïté ? Je m’interroge doublement. Qui est cette femme ?

 

Nous nous sommes donné rendez-vous pour que j’écrive un texte sur elle, sur son travail.

 

Comme tout le monde, je la croise régulièrement lors de vernissages. Nous nous saluons et conversons des œuvres exposées, des artistes, de tout, de rien. Finalement, je me rends compte qu’elle est une inconnue pour moi.

 

Elle est venue avec une poche de plastique contenant un book. Et, comme s’il était inutile, m’en montre le contenu rapidement, tournant les pages avec une certaine gêne, presque pressée de se débarrasser de cette formalité qui, moi aussi, m’embarrasse. Je déteste ces moments. Très vite son sourire prend le dessus. Elle me parle… des autres.

 

Ce que je connais le mieux d’elle ? Ce sont quelques photographies aperçues à la galerie d’Eva Vautier. Des photographies rigoureuses qui, sur le moment m’ont semblées distancées, presque froides, des photographies d’architectures prises dans des pays de l’Est, je crois. Des photographies de petit format aux prix modestes qui m’ont convaincu, sans que je sache vraiment pourquoi. Elle me parle de ce travail. Je suis absent, je ne l’écoute qu’à peine, je la regarde et, à mon tour, je la vois.

 

Je comprends maintenant. Ce que j’avais identifié comme de la distance un peu froide, n’est qu’honnêteté, sincérité, pudeur et… interdits.

 

Elle s’interdit toute forme de corruption, elle qui travailla un temps pour la presse de mode. Elle s’interdit toute ambition égocentrique, elle qui aujourd’hui n’ose se dire artiste. Elle s’interdit toute forme de grandiloquence, elle qui se consacre au seul plaisir de photographier. Elle s’interdit de parler d’elle, elle qui ne cesse de s’intéresser aux autres.

 

Cette honnêteté, cette sincérité, cette pudeur sont véritablement le matériau avec lequel elle œuvre, en plus, bien évidemment, de son appareil photographique.

 

Si je ne devais citer qu’un travail, ou plutôt qu’un projet, puisque c’est ainsi qu’elle considère sa manière d’opérer, ce serait certainement celui réalisé à Nice en 2007/2008 Les Portes Du Saint-Pierre. Un projet, des rencontres, des témoignages, des paroles de femmes sur leur cité où elle a, avec une étonnante acuité et une justesse remarquable, non seulement témoigné du quotidien des femmes de cette banlieue mais véritablement fait œuvre. Comme à chaque fois, ce projet a fait l’objet d’une publication, d’une modestie trompeuse.

 

Comme dans Boxing Club, un court métrage réalisé plus tôt en 2006 ou bien encore dans le projet Ne regardez pas le renard passer, celui qui l’occupe aujourd’hui et qu’elle me présente avec un enthousiasme réfléchi. C’est l’humain qui est au cœur de ses préoccupations parfois jusqu’à l’absence comme sur ces photographies repérées chez Eva Vautier.

A la fin de notre entretien et alors que la lumière s’atténue doucement, je raccompagne jusqu’au portail cette petite silhouette, si lumineuse en cette fin d’après-midi. Comme le temps peut passer vite. J’en ai oublié Simon… et n’ose lui dire que je la trouve magnifique, que son travail me touche et que j’aurais tant de plaisir à écrire quelques mots sur Simone.

 

Yves Peltier

 

Vit à Nice

 


 

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2019

CORPS / VOIX Territoires de l’intime
Curratrice Chiara Palermo
Vernissage vendredi 27 septembre 2019 à partir de 18h
Avec Présentation et signature du livre NU, Simone Simon, préface de David Le Breton, texte de Chiara Palermo
Galerie Eva Vautier, Nice

 

 

2016

Ne regardez pas le renard passer
Installation sonore
Supervues, petite surface de l’art contemporain
35 chambres, 35 artistes
Hôtel Burrhus, Vaison-la-Romaine

 

 

2015 

Paroles
Diaporama de 7 minutes
En collaboration avec les femmes et les enfants résidants du CHRS, Les Yuccas

 

 

2014

Ainsi Va La Lumière

Artiste invité : Joseph Dadoune

Galerie Eva Vautier, Nice

 

 

2011

Souriez, On Se Détruit, Maison Abandonnée

La Villa Caméline, Nice

 

 

2009

Les Portes Du Saint Pierre

Hôtel de Chartrouse, Rencontres de la Photoraphie, Arles

Les Portes Du Saint Pierre

Galerie Depardieu, Nice

 

 

2006

Nostalgie Du Présent, FNAC

Monaco Nostalgie Du Présent

La Station, Nice

 

 

2002

Sur Le Passage De Quelques Personnes À Travers

DOJO, Nice

 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2020

1 mètre de distance
Exposition collective avec Benoît Barbagli et Aimée Fleury, Tom Barbagli, Arnaud Biais, Evan Bourgeau, Pauline Brun, Anna Byskov, Marc Chevalier, Joseph Dadoune, Nicolas Daubanes, Kristof Everart, Anne Favret et Patrick Manez, Forstner Gregory, Camille Franch-Guerra, Jacqueline Gainon, Marie Genin, Anne Gérard, Alexandra Guillot, Alice Guittard, Laurie Jacquetty, Sandra Lecoq, Gilles Miquelis, Frédérique Nalbandian, Gérald Panighi, François Paris, Charlotte Pringuey-Cessac, Caroline Rivalan, Omar Rodriguez Sanmartin, Justin Sanchez, Simone Simon, Cedric Teisseire, Florent Testa, Ben Vautier, Agnès Vitani, Agathe Wiesner, Anne-Laure Wuillai et Junko Yamasaki.
Galerie Eva Vautier, Nice

 

 

2019

Cabinet pique-nique, femmes artistes
Installation vidéo Voyage immobile
Avec Olga Adorno, Brigitte Cardinal, Catherine Cattaneo, Caroline Challan-Belval, Elena Ferrer, Jacqueline Gainon, Alexandra Guillot, yayoi Gunji, Yoko Gunji, Corinna Kiefer, Jeanne Le Guff, Louise Luc Kheloui, Stéphanie Marin, Evelyne Noviant, Jackie Monnier Matisse, Lola Parrot, Marinella Senatore, Franka Séverin, Simone Simon, Anna Tomaszewski Maison abandonnée (Villa Cameline), Nice

 

 

2017

Ne regardez pas le renard passer
Installation sonore
Avec Gilles Miquelis, Vivre à en crever
Galerie Eva Vautier, Nice Dans le cadre de l’exposition, Souvenir, réalité ou fiction ?, débat mené par Chiara Palermo (commissaire d’exposition, docteur en philosophie) et Jean-Pierre Joly (psychiatre, psychanalyste)

 

 

2016 

Tribu
Avec Mathieu Alary, Pauline Brun, Joseph Dadoune, Sandra D. Lecoq, Kristof Everart, Gregory Forstner, Jacqueline Gainon, Anita Gauran, Alice Guittard, Philippe Jusforgues, Virginie Le Touze, Natacha Lesueur, Cécile Mainardi, Gilles Miquelis, Frédérique Nalbandian, Gérald Panighi, François Paris, Charlotte Pringuey-Cessac, Simone Simon, Ben Vautier, Agnès Vitani

 

 

2015

Il était une fois… Une exposition de Jean Dupuy et de ses amis : Catherine Cattaneo & Gilbert Caty, Jean Dupuy, Philippe Boulard & Jean-Baptiste Gurly, Jean-Luc Parant, Thierry Lagalla, Simone Simon…Hôtel Burrhus, Vaison-la-Romaine

À Une Année Lumière, Galerie Eva Vautier, Nice

 

 

2014

Mise En Scène, UMAM, Château de Grimaldi, Cagnes sur Mer 2013

Se Dérober, Musée de la Photographie André Villers, Mougins

 

 

2012-2013

L’Art À L’Abattoir, le 109, Nice

 

 

2011

J’aime les femmes et je le prouve

Espace À Débattre, BEN, Nice

 

 

COLLECTION PUBLIQUES ET PRIVEES

 

2014

La Manga Del Mar (MURCIA), photographie N/B (1/5 tirages numériques), série Ainsi Va La Lumière, collection privée

Ambleteuse et Wimereux 2 photographies (EA), série Ainsi Va La Lumière, collection privée

 

2013

Nu Sans Tête, photographie N/B (1/5 tirages numériques), Musée de la Photographie, Mougins

 

2012-2013

L’Art À L’Abattoir, vidéo co/réalisé avec Eric Antolinos Archivée à la médiathèque du MAMAC, Nice

Cabines de Bains BERG, photographie (1/5 tirages numériques), collection privée 2012 Sans Titre, photographie (1/5 tirages numériques), édition Les Portes Du Saint Pierre

 

2011

One, photographie (1/7 tirages numériques), série Nieuwpoort, collection privée

One, photographie (2/7 tirages numériques), série Nieuwpoort, collection privée Bleu 2, photographie (1/7 tirages numériques), série Nieuwpoort, collection privée Charleroi Tuyaux, photographie (1/7 tirages numériques), collection privée

 

2010

Charleroi Box, digigraphie (1/5 tirages numériques), collection privée
Charleroi Metro 1, digigraphie (1/5 tirages numériques), collection privée
Wimereux, photographie (1 et 2/ 5 tirages numériques), série Voyage En Diagonale 2002003, collection privée

 

2009

Les portes Du Saint Pierre, Paroles De Femmes Dans Leur Cité, livre de photographies aux éditions Le Passager Clandestin

Archivé au Musée National de l’Histoire de l’Immigration, Paris

 

2008

Boxing Club, Vidéo-documentaire archivée au Musée National de l’Histoire de l’Immigration, Paris

 

 

PUBLICATIONS

 

2009

Les Portes Du Saint Pierre, Éditions Le Passage Clandestin, Paris 2006 Nostalgie Du Présent, Éditions e-dite, Paris

 

 

 

FILMOGRAPHIE

 

2014

Voie Ferrée, Alicante, Exposition Ainsi Va La Lumière, Galerie Eva vautier, Nice Blockhaus, Wissant, Exposition Ainsi Va La Lumière, Galerie Eva vautier, Nice

 

2014

Château En Espagne, Alicante, Exposition Mise En Scène, Château Grimaldi, Cagnes sur Mer

 

2008

Boxing Club, Festival Cannes, Short Film Corner,

 

2007

Boxing Club, Un Festival C’est Trop Court, Cinéma Rialto, Nice

 

 

2014

Ainsi Va La Lumière, Galerie Eva Vautier, Émission FR3, Nice

 

2009

Les Portes Du Saint Pierre, Émission Escale Festival, Rencontres Internationales de la

Photographie à Arles, Radio France Inter (juillet 2009)
Les Portes Du Saint Pierre, Article dans le Journal Le Monde 2 (septembre 2009)
La Parole aux Sans-Voix, article dans le Journal El Watan (Décembre 2009)

 

2002

Sur Le Passage De Quelques Personnes À Travers, Exposition personnelle, DOJO, Nice

émission FR3
Article Nice Matin (janvier 2002)

 

 

AIDES, PRIX

 

2009

Les Portes Du Saint Pierre,
Aide financière du Conseil Général

Aide à l’exposition, Ville de Nice

 

2008

Boxing Club, Vidéo-Documentaire

 

 

 

CURSUS

 

1975-1978

Assistante Photo, Paul Genest, Plateau Sud, Rungis 1978-2002 Photographe

 

2002-2015

Photographe et vidéaste

 

 

5254 Cité de Murcia, zone résidentielle Nueva Condomina 2013 - copie
LANDSCAPE 006
Grau du roi
Simone Simon n° 5251 [Ambleteuse Nord-Pas-de-Calais ] 2006 Tirage sur papier fine art by hahnemhle.Tirage 25 130 X 103 cm
Simone Simon, Ne regardez pas le renard passer, 2016
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Ainsi va la lumière - Simone Simon

Site personnel :

www.simonesimon.com

Charlotte Pringuey-Cessac

Je frotte, j’aplatis, j’explose, j’écrase, j’enfonce…

 

« Où allons-nous? Tout a été fait. Depuis ces vingt dernières années, il semble que les limites extrêmes aient été atteintes. On ne peut être plus ingénieux, plus raffiné que Ravel, plus audacieux que Stravinsky. Quelle sera la nouvelle formule
d’art ? Il faudra retourner aux sources mêmes, à la simplicité, pour trouver quelque chose de véritablement neuf. Le contrepoint ? Là, sans doute, se trouve l’avenir ! » (Paul Dukas, 1865-1935)

,

Je frotte, j’aplatis, j’explose, j’écrase, j’enfonce… . Bruissements d’actions plastiques premières dont naissent des visions sophistiquées, intrigantes qui opposent des principes formels qui ont longtemps servis à distinguer les Abstractions entre elles et dont l’artiste nous prouve la nature primitive : le lyrique et le géométrique, l’expression et le concept que sont-ils d’autre que le reflet de la facture d’un monde où s’oppose toujours l’organique et le cristallin, la faune sous-marine et droit bambou ?

,

En réintroduisant des motifs naturels et utilisant des matériaux pauvres, l’artiste nous rappelle qu’au cœur des abstractions, c’est le cœur du monde qu’on entend.

Artiste post-moderne en quête d’atemporel, Pringuey-Cessac ne se soucie pas d’une « pureté » artificielle : ainsi la figure apparaît, oscille et disparaît, se dissout ou se loge dans le titre. Elle passe naturellement du travail mural à l’appropriation d’un outil administratif, du dessin à la sculpture, de l’in situ à l’action enregistrée en vidéo. Et pourtant, dès lors qu’ils entrent dans sa pratique, tous ces procédés se complètent au lieu de s’opposer ou se succéder. Ils participent ainsi à l’extension d’un univers singulier.

,

Les compositions de Pringuey-Cessac montrent son goût prononcé pour le noir, le charbon, le graphite, les traces de vie organique brulée ou comprimée. Le mur lui devient arène verticale, lieu de danse avec la matière, endroit de cadences, de formes organiques, aquatiques ou ardentes. Mais elle ne cesse de contreponctuer ses mouvements expressifs rigoureusement de traits nets, de blancheurs et de silences.

,

,

Même si l’apparence finale n’est jamais anticipée dans ses moindres détails, l’artiste ne s’embarque pas dans un voyage purement instinctif dont l’issue lui serait entièrement inconnue au moment où elle amorce la réalisation. Conçus en fonction du lieu, ses dessins muraux (O.d.e.) et ses sculptures in situ sont réfléchis et préparés longtemps à l’avance. Fruits de gestes bien maîtrisés, leur visée même les encadre : trompe l’œil et anamorphose ne s’improvisent pas.

,

,

Ainsi l’apparence des œuvres reflète une démarche où préméditation et sérendipité ne s’excluent pas. A l’instar du contrepoint et de cette structure A-B-A qui est propre à L’adagio et à la sculpture du même nom, les mêmes principes réapparaissent régulièrement dans son travail pour y engendrer des formes nouvelles à plat ou dans l’espace. Chère à l’artiste, la référence à la musique est omniprésente : ces tampons encreurs où un cadre géométrique renferme un intérieur plus ou moins « chargé » s’appellent Variations.

,

,

Comme lorsque le mur blanc fait charpente dans des braises de charbon noir, les contours des tampons encreurs sont nets, administratifs, comme l’est aussi leur taille standard. Le protocole d’application ne l’est pas moins : 5 tampons et 5 principes de composition et d’action (Tamponner !) donnent lieu à 25 combinaisons. Basculant entre tache et ligne, stabilité et déséquilibre, espacement et superposition, l’artiste y explore des principes de composition et les lois de notre perception : lorsque nous regardons ce dessin avec l’attention requise, chaque combinaison nous donne une sensation bien précise : perte d’équilibre, stabilité précaire ou pause vibrante.

,

,

Inventant de nouveaux procédés ou s’appropriant des techniques existantes, Charlotte Pringuey- Cessac repousse les frontières de son univers dont l’extension se fait de manière horizontale et verticale. Elle élargit et elle creuse en parallèle : après avoir utilisé le charbon pour dessiner, déposant la matière noire sur le papier ou le mur, celui-ci a fini par faire œuvre, à l’instar de ces gommes entièrement saturées de matière noire et des gestes même de la dessinatrice dans dite vidéo. Lorsque ce tronc imposant sauvé du feu devient la sculpture Adagio l’opposition fondamentale entre ondulation naturelle et géométrie artefactuelle se rejoue une fois de plus, à nouveau, autrement.

,

,

Le bois brûlé est aussi la matière de sculpture Le Baiser. Hommage à la Psychanalyse du feu de Gaston Bachelard, on peut y voir comme la réponse de l’artiste au Baiser de Brancusi. L’union entre les amants reste partielle et potentiellement éphémère et leur différence est aussi importante que leur ressemblance.

,

,

Si Charlotte Pringuey-Cessac pose des questions de dessinateur et de sculpteur et travaille constamment à élargir son vocabulaire plastique et son champ d’intervention, ses œuvres ne font jamais l’impasse sur l’expérience du récepteur. Face à ses œuvres, notre imaginaire joue un rôle tout aussi important que notre plaisir des formes et des matières. Les volumes qu’elle crée et les lignes qu’elle tire activent des souvenirs dont nous pouvons parfois nous demander si ce sont vraiment les nôtres ou s’ils ne relèvent pas plutôt de la part que nous prenons à une espèce de conscience collective. Ses œuvres font ainsi surgir des cabanes, des visions sous-marines, des cachettes forestières, des cavernes, des braises ou des démons camouflés qui semblent souvent traverser le temps autant que les cultures. Ghillie-Ghillie rapproche les yokaï, êtres inquiétants de la monstrologie folklorique japonaise et la Ghillie suit, tenue de camouflage qui imite la végétation forestière.
Cette tenue, qui imite son environnement pour mieux s’y fondre est à l’image des compositions de l’artiste qui ne cessent d’osciller entre fusion et mise à distance, présentation et représentation, indice et image, chuchotement et silence.

,

,

Klaus Speidel,
philosophe et critique d’art

Née le 12 Octobre 1981, à Vincennes.

 

 


 

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2019

Bruit Originaire, Mamac, Terra Amata, Nice

 

2018

INFRA, archéologie du corps ou comment les gestes bâtissent, CAC de Châteauvert, sortie de résidence Voyons Voir

 

2017

Nuit de la Création, invitation de la Ville de Versailles

 

2016

Bruits de couloir, Carte blanche chez Alexandre Dufaye, Nice

 

2015

Variations, Galerie Eva Vautier, Nice

Super Party, Grimaldi Forum, Monaco

Dessins et sculptures, Galerie Martagon, Malaucène

 

2014

Primitif Aujourd’hui, Terra Amata, Musée de la préhistoire, Nice

 

2013 

Black in Light, Banque Privée, Monte Carlo, Monaco

 

2010 

Les visiteurs du soir, Villa Rivoli, Nice

 

2002 

Mouvements, Paribas Banque Privée, Monaco Transparence, Privé, Nice

 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2018

Tableaux Fantômes, Villa Marguerite Yourcenar (Juin) / La Piscine, Roubaix (novembre)

Avec plaisir, Galerie Eva Vautier, Nice

 

2017

Bruit Originaire, Supervues, Hotel Burrhus, Vaison la Romaine

Galerie Martagon, Malaucène

Penta du Casinca, Corse

Tableaux Fantômes #6, Lille

 

2016

Impressions d’ateliers, Centre international d’art contemporain, Carros

Tableaux Fantômes #4 / #5, Lille

Vent des Forêts, Fresnes-au-Mont, Meuse

 

2015

Tribu, Galerie Eva Vautier, Nice

Croquer, Mac ARTEUM, Chateauneuf Le Rouge

Tableaux Fantômes #2, Fort de Mons

À Une Année Lumière, Galerie Eva Vautier, Nice Ré-Éditions, Espace À Vendre, Nice

 

2014

Les Tableaux Fantômes, Médiathèque Danielle et François Mitterand, Bailleul

Les 10 ans, Espace À Vendre, Nice

En suspens, Galerie Eva Vautier, Nice

Concentration(s), Le 11, Roubaix

 

2013 

Drawing by Numbers, Espace à Vendre, Nice

La Réserve, Galerie Laure Roynette, Paris

 

2012 

Métamorphoses, Galerie Laure Roynette, Paris

Gravures de Poche, Ancien Collège des Jésuites, Reims

No-Made, Villa Le Roc Fleuri, Cap D’Ail

La Poétique de l’Espace, Galerie DDC chez Laurent Mueller, Paris

 

2011 

L’Arboretum, Roure Villa Le Roc Fleuri, Cap D’ail 2010-11

Le Salon de l’Auto, Auto-Station, La Station, Nice

 

2010 

Clairs – Obscurs, UMAM, Château de Cagnes- Sur-Mer

 

2009-10 

Hypothétiques, commissariat Catherine Macchi, Atelier Soardi, Nice

Traits noirs, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice

 

2008 

Biennale de Nîmes, Galerie La Salamandre

On ne prend pas les mêmes et on recommence, Chapelle des Pénitents Blancs, Falicon

 

2007 

Tumbleweed II, Collectifs N202 et Le White Club, Museaav, Nice

L’Art c’est renversant, Galeries Lafayette, Nice

Tumbleweed, Collectifs N202 et Le White Club, Salzburg, Autriche

Génération 2007, Galerie de la Marine, Mu- seaav, Nice

Exposition des étudiants, Galerie expérimentale, Villa Arson, Nice

 

2006 

Ne pas toucher au contour, commissariat Caroline Challan-Belval, Galerie expérimentale, Villa Arson, Nice

 

 

AIDES, PRIX, RESIDENCES

 

2018

Résidence Voyons Voir, CAC, Châteauvert

 

2017

Résidence Penta du Casinca, Corse

Soutien financier du Centre International d’Art Verrier, Meisenthal

Résidence CCE, arts du feu et nouvelles technologies, ENSA, Limoges

 

2016

Résidence Sophia, mécénat privé, Versailles

Résidence au Vent Des Forêts, Centre d’Art Rural, Meuse

 

2014/2015

Mécénat La Forestière du Nord, Igny

 

2012 

Résidence à Anyskciai, en Lituanie

 

2011 

Aide à la création, DRAC, Aix-en-Provence

 

2010 

Prix Bonnard, UMAM, Cagnes-Sur-Mer

La Forestière du Nord, mécène, aide à la production et à l’édition, Igny

 

2004-05

Bourse Erasmus, échange avec les Beaux-Arts de Hangzhou, Chine

 

 

PUBLICATIONS

 

2010 

CONGRÈS ARCHÉOLOGIQUE DE FRANCE – Nice et Alpes-Maritimes Nice : Abbaye de Saint Pons ; p. 39/40

 

2009 

INRAP – Opération des fouilles du tramway à Nice dirigée par Marc Bouiron : Chap. 5.

Études et Analyses de Fragments d’Enduits Peints du XV°

ARCHÉAM – Revue archéologique : Dossier Spécial Abbaye de Saint Pons, L’Église Abbatiale de Saint Pons à Nice : un Exemple d’Architecture Juvarrienne

 

2008 

MÉMOIRE – Master II, Université des Lettres et des Sciences Humaines à Nice : L’Église Abbatiale de Saint Pons et l’Ancien Monastère

 

 

CATALOGUES INDIVIDUELS

 

2011 

Prix Bonnard 2010- Kanesuiban 2011, Éditions U.M.A.M.

 

2010 

Trames de l’imaginaire, Charlotte Pringuey- Cessac, Dessins et sculptures, Éditions La Forestière du Nord

 

 

COMMANDES PUBLIQUES

 

2018 

INFRA, archéologie du corps ou comment les gestes bâtissent, CAC de Châteauvert, sortie de résidence Voyons Voir

 

2016

Sperenza, Vent des Forêts, Fresnes-au-Mont, Meuse

 

2011 

Dessin mural – charbon de bois (70m2), Hall de l’École Sciences Po Méditerranée, Ville de Menton

eau feu ∞-resized
Charlotte Pringuey Cessac
SONY DSC
Charlotte Pringuey-Cessac
Sans titre, Charlotte Pringuey Cessac
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

En suspens

Exposition du 13 mai au 14 juin 2014

Pauline Brun, Alice Guittard, Charlotte Pringuey-Cessac, Agnès Vitani

 

Gérald Panighi

gerald_portrait

 

Ils ont tous été réincarnés

 

Le travail de Gérald est une association d’interdépendance entre une image soigneusement négligée à référence forte et un texte détourné des situations du quotidien. Le décalage entre les deux provoque le rire ou le sourire. L’humour de Gérald est souvent abrupt, parfois noir, mettant l’accent sur notre humanité et nos imperfections, nous renvoyant à notre propre réflexion par le prisme de sa vision. En plus de ses nouveaux travaux originaux, il présentera deux oeuvres réalisées en commun avec l’artiste Caroline Rivalan, diplomée de la Villa Arson, ainsi qu’une édition limitée spécialement conçue pour l’occasion. Son invité, Philippe Jusforgues, excelle dans l’art d’accomoder les étrangetés, c’est dans le monde du collage et de la photo qu’il nous emmène.

« Bien sûr en voyant pour la première fois les petites vignettes de Gérald Panighi envahissant tout un mur avec une certaine désinvolture comme s’il ne s’agissait que de banals Post-It, mon regard s’est égaré sur cette atomisation étourdissante. C’est qu’il y a à voir et à lire dans l’oeuvre de Gérald. Immédiatement, mais c’est certainement un peu idiot, je me suis dit qu’il avait dû se repaître de pas mal de Strange comme beaucoup de garçons de sa génération et peut être même tomber dans son enfance sur des numéros traumatisants de “Détective” dans lesquels les coups portés, en dépit de l’hyper-expressivité des individus dessinés par Angelo Di Marco, ne génèrent pas que des onomatopées. A cette époque lointaine de sa vie, il est peut-être aussi demeuré assez perplexe devant le « Ceci n’est pas une pipe » de Magritte, une anti-tautologie si séduisante, après tout… Si la représentation n’est pas le réel, la dissociation conjuguée sur le mode cher aux surréalistes possède un charme encore plus abscons. Rien de plus énigmatiquement ensorcelant que ce dysfonctionnement assumé de l’image. On l’a apprécié chez Magritte comme on l’a vénéré dans les années 80, dans le monde plus trivial de l’illustration chez Glenn Baxter… L’absurde est la réponse occlusive à toutes les spéculations dérisoires et c’est bien précisément cela qui parvient à être délicieusement jouissif sans jamais suinter la moindre prétention dans les créations de Gérald Panighi. »

Michèle Goarant, 2011

 


 

English :

Gérald’s work is an interdependent association between an image carefully neglected with a powerful reference and a text diverted from everyday life situations.

The gap between the two triggers laughter or smile. Gérald’s humor is often abrupt, sometimes dark, stressing our humanity and our imperfections, referring us back to our own reflection through the prism of his vision. In addition to his new original works, he will present two works made in conjunction with Villa Arson graduate Caroline Rivalan, as well as a limited edition made especially for the occasion.

His guest, Philippe Jusforgues excels in the art of accommodating strangeness, he leads us into the world of collage and photography.

 

« Upon seeing Gerald Panighi’s works for the first time, evidently my eyes strayed to the stunning explosion of work casually invading an entire wall as if they were ordinary Post-Its. There is much to see and read in Gerald’s work. It may sound silly, but I immediately said to myself that he must have feasted on a lot of Strange as many boys of his generation and perhaps even read alarming issues of ”Detective » in his childhood – where the punches, despite the hyper-expressivity of the individuals drawn by Angelo Di Marco, are not only onomatopoeic. In these early days of his life, he may have also remained puzzled by Magritte’s « This is not a pipe », an attractive anti-tautology after all…

If the representation is not real, the combined dissociation of the process beloved of the Surrealists has a more abstruse charm. Nothing is more enigmatically captivating than the assumed dysfunction of the image. We enjoyed it with Magritte as we revered it in the 80s, in the trivial world of Glenn Baxter’s illustrations… The absurd is the answer to all occlusive, ridiculous speculation and it is precisely that that manages to be deliciously enjoyable (without the slightest pretence) in the work of Gerald Panighi. »

 

Michèle Goarant, 2011

Gérald panighi

Né le 01-11-1974, à Menton

Vit et travaille à Nice

 


 

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES

 

2020

L’odeur est la principale préoccupation du chien, Galerie Eva Vautier, Nice

 

2019 

Il buvait en cachette mais tout le monde le savait, avec Baptiste César, Galerie incognito, Paris

 

2018 

Exposition atelier César, invitation BEN, Nice

Je sais pas comment il fait pour vivre avec lui-même, Galerie vingt-cinq capucins, Lyon

Du bazar des mots et des images, Librairie « aux bons livres », Nice

 

2017
La vie est une fausse barbe qui se décolle de temps en temps, Villa Caméline, Nice

 

2014
Et l’autre qui se prend pour un génie alors que c’est moi, avec Caroline Rivalan, galerie Incognito, Paris
Eponyme, avec Frédéric Nakache, L’Arteppes-espace d’art contemporain, Annecy
Gérald Panighi «dessins», Galerie L’entrepôt, Monaco

 

2013
Ils ont tous été réincarnés, Galerie Eva Vautier, Nice
Deux vieux se sont battus pour une histoire de nougat, boutique Agnès b, les visiteurs du soir, BOTOXS, Nice

 

2011

Dessins (avec Junko Yamasaki) Chez Lola Gassin, Nice

Deux nerveux dans une boîte de nuit, Galerie Espace à débattre, Nice

Et l’autre qui se prend pour un génie alors que c’est moi, Galerie Incognito, Paris

Je suis victime d’une multitude de malentendu, Galerie Martagon, Malaucène

 

2007

Et l’autre qui se prend pour un génie alors que c’est moi, Galerie Incognito, Monaco

 

2006

Gérald Panighi “Dessins”, Galerie Baumet-Sultana, Paris

Galerie de l’UQAM, commissariat Louises Dery, Montréal, Quebec

 


 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2019 

Ian curtis likes this place, une proposition de Julien Griffaud et Quentin Spohn, Villa Cameline, Nice

La vie est un film, commissariat BEN, le 109, Nice

Avec Plaisir / 1, Galerie Eva Vautier, Nice

Projektraum Ventilator Katzbachstr / 2, commissariat Axel Pahlavi, Berlin

Drawing now, le salon du dessin contemporain, galerie Eva Vautier, Le carreau du temple, Paris

Narrations, le lieu multiple, Montpellier

 

2018 

Drawing now, le salon du dessin contemporain, galerie Eva Vautier, Le carreau du temple, Paris

Précipité, Atelier Chaussée de Jette, Galerie Ceysson & Bénétière invite Gérald Panighi, avec le concours de la galerie Eva Vautier, Bruxelles

 

2017 

Une collection #4, accrochage d’oeuvres d’art dans une villa privée (sur une invitation de Marie-France Frasca, en collaboration avec la galerie Eva Vautier), Villa Riviera Cottage, Nice

Projektraum Ventilator Katzbachstr / 1, commisariat Axel Pahlavi, Berlin

Cabinet utopique, villa Cameline, Nice

Voyage immobile, Caisse d’épargne, Nice

Show me the way, hôtel Windsor, Nice

Le monde à l’envers, Galerie La mauvaise réputation, Bordeaux

Le lieu multiple, Montpellier/Sète

 

2017

Le monde à l’envers, Galerie La mauvaise réputation, Bordeaux

Le lieu multiple, Montpellier/Sète

 

2016 

Palais idéal des ego étranges, Château de Hauterives, commissariat Ben

Impressions d’ateliers, château Grimaldi du Haut-de-Cagnes

UMAM, palais de l’Europe, Menton

Un festival VRRRR, Toulon

Supervues, Hotêl Burrhus, Vaison la Romaine

 

2015

Tribu, Galerie Eva Vautier, Nice

Le festival du Peu, Bonson

Des statistiques terrifiantes Galerie Eva Vautier, Nice

Words…Words…Words…, Galerie Helenbeck, Nice

Un printemps à Anvers, Galerie l’entrepôt, Monaco

A une année lumiére, galerie Eva Vautier, Nice

 

2014 

Où commence le futur ? collection du MAMAC, galerie des Ponchettes, Nice

Cadavre exquis à la plage, Projektraum Ventilator, Berlin, Allemagne

J’écris donc je suis, Ben, la station et invités, le Garage, Brive

High Hopes, le lieu de hypothèse, Paris

 

2013

Art on paper +1, salon du dessin contemporain, white hotel by ibis styles, Bruxelles

E-motion (collection Bernard Massini), Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence*

Affordable Art Fair, foire d’art de Bruxelles, galerie Laureen Thomas

10 ans de mauvaise réputation, galerie Espace à vendre, Nice

Drawing Now, salon du dessin contemporain, Galerie Kahn, Paris*

Dessine moi un mouton, Institut français, Nouakchott, Mauritanie.

Un phénomène de Bibliothèque, galerie Immanence, Paris

Bonjour monsieur Matisse, Musée d’art moderne et d’art contemporain, Nice*

 

2012

Be Another, galerie espace à débattre, Nice

Be yourself, galerie espace à débattre, Nice

Impressions d’ateliers, Galerie Maud Barral, Nice

Sunshine & Précipitation, La Station & Catalyst arts, Belfast, Irlande

Échappé belle, Galerie l’Entrepôt, Monaco

Les primitifs d’en face, Maison abandonnée, Villa Cameline, Nice

Bête et méchant, Galerie The Window, Paris

À l’origine Nice, Galerie Marlborough, Monaco

La ligne, Galerie le cabinet, Paris

 

2011

Macumba night club de ryhmänäytelly, exposition collective de 65 artistes, Nice

Vitrine-Galerie Palais de la Scala, Monaco

Ici Nice, les abattoirs, chantier 109, Nice

 

2010

One more reality, Careof, commissariat Documents d’artistes, Milan, Italie

Le drame de Mayerling, Galerie metropolis, Paris

La ligne, Galerie espace à vendre, Nice

Le patriote, Galerie espace à vendre, Nice

Tout est clair et obscur à la fois, Château-musée Grimaldi, Cagnes-sur-mer

De la trace à la tache, Galerie Martagon, Malaucène

 

2009

Comic Strip, Centre d’art, musée de Sérignan

La vitrine de Brolly heberge 5 extra-terrestres, commissaire BEN, Galerie jean Brolly, Paris

Hypothètiques, commissaire Catherine Macchi, Galerie Soardi, Nice

Back to drawing, Galerie « Le Cabinet » Paris

 

2008

Niça l’occitana a perpinyà la catalane, Fluxus, La Station I altres de 1968 à 2008, A cent mètres du centre du monde, centre d’art contemporain, Perpignan

Oeuvres sur papier, Galerie Baumet-Sultana, Paris

 

2007

Show off, Espace Pierre Cardin, Paris

Tank Loft, Chongqing contemporary art center, Chine

Etes-vous bien adapté à la vie moderne ? Galerie Norbert Pastor, Nice

« Hope you guess my name », La maison, Galerie singulière, Nice

Ralentir, La cour des miracles, Vallauris

Dessins, exposition collective des artistes de la Galerie, Galerie Baumet-Sultana, Paris

Sculpture, Quenza, Corse

Cabinet démocratique, Villa Cameline, Nice

 

2006

Dessins, Galerie Catherine Issert, Saint-Paul-de-Vence

Show off, Foire d’art contemporain, Espace Pierre Cardin, Paris

Cabinet névrotique, Villa Cameline, Nice

 

2005

Vinyl, Villa Cameline, Nice

Cabinet érotique, Villa Cameline, Nice

Dormir tête bêche avec un inconnu, La Station, Friche Belle de mai, Marseille

La réserve, Galerie des Ponchettes, Nice

 

2004

Atelier Spada, Nice

3 ème République, La Colle-sur-loup

L’amerique #4, le désappartement, Nice

Errer la nuit, visite publique d’espaces privés, Nice

Hôtel de ville #3, le désappartement, Nice

Le désappartement #2, le désappartement, Nice

 

2003

Lee 3 Tau Ceti Central Armory Show, Commissariat Stéphane Magnin,Villa Arson, Nice

 

2002

Peaux d’Ane (2), Galerie SOARDI, Nice

Chambre 09, sur une proposition de C.Familliari, Villa Arson, Nice

 

2001

Atlantic Hôtel, Le Dany’s, Nice

 


 

COLLECTIONS PUBLIQUES ET PRIVÉES

 

MAMAC, Nice, 2012

Médiathèque de Nice, 2007

Présence dans des collections privées

 


 

CATALOGUES COLLECTIFS

 

2012

L’art contemporain et la côte d’azur, édition de l’art, 2012

Sunshine & Précipitation, édition La Station, 2012

Échappé belle, édition Galerie l’Entrepôt, 2012

A l’origine Nice, édition Malborough Gallery, 2012

 

2011

Ici Nice, édition Bernard Chauveau, Paris, 2011

 

2008

28 ateliers d’artistes de la ville de Nice – Halle Spada, édition Ville de Nice, 2008

 

2007

Show Off, Espace Pierre Cardin, co-édition Show Off et Monografix Éditions, 2007

 

2006

Show Off, Espace Pierre Cardin, co-édition Show Off et Monografix éditions, 2006

 

2005

La réserve, texte de Catherine Macchi, édition Galerie des Ponchettes, Culture Nice, 2005

 

2004

Lee 3 tau ceti central armory show, édition Villa Arson, Nice 2004

 


 

ARTICLES DE PRESSE, DE REVUES

 

2012

En Attendant, revue, une collaboration BOTOX[S] – La Strada, 2012

Impression d’atelier, édition South art, 2012

 

2011

KIOSK n°28 , édition DEL’ART, 2011

Tout et blanc et obscurs à la fois

Gérald Panighi « Et l’autre qui se prend pour un génie alors que c’est moi », édition La bibliothèque fantastique, Paris, 2011

 


 

CONFÉRENCE

 

2006

Galerie de L’UQAM, commissaire Louise Dery, Montréal, Canada

Gerald Panighi, Même ses sourires sont sous controle
Gerald-Panighi-Même ses sourires sont sous controle
carton expoPanighi2 copie
Gerald-panighi-je ne-me-souviens-jamais
Gérald Panighi
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Documents d’artistes :

www.documentsdartistes.org

Frédérique Nalbandian

portrait ainsi soit il


Frédérique Nalbandian

 

Frédérique Nalbandian est diplômée de l’École Pilote Internationale d’Arts et de Recherches, Villa Arson, Nice. Depuis ces années passées à expérimenter des formes en devenir, elle raffine sa science des matériaux et son intérêt pour la vaste et troublante question de l’écoulement du temps. Le savon occupe toujours une place prépondérante dans son travail de sculptrice, mais aussi le plâtre et le verre. Au gré des occasions, ces substances se chargent d’eau, d’air, de pigment rouge carmin et de poudre de charbon, s’en laissent imprégner et même meurtrir. Des échanges chimiques s’opèrent donc à l’évidence dans des installations qui épousent les lois de paysages en friche ou dialoguent avec des espaces architecturaux chargés de sens. Dans ces travaux d’où émergent autant de volumes en équilibre que de structures « intranquilles », l’artiste décline des motifs tels que le cercle et la colonne. Dans d’autres réalisations qui disent quelque chose du rapport de l’homme au monde, il s’agit de l’oreille et de l’entente, de mains en prière et de quasi-silence. Ici, des réceptacles avec leurs larges surfaces de vibrations, là, des concrétions faites de plis et de méandres comme ceux du cerveau par exemple. Indéniablement, ces œuvres, de par leur force répétitive et leur pouvoir d’intégration de signes langagiers — il faut écouter les titres que l’artiste attribue à ses oeuvres —, imposent l’idée d’une quête entée sur le poétique et hantée par ce qui en fait le prodige : l’éclosion du sens, sa possible déhiscence, sans le recours à l’argumentation ou au moindre système dialectique. Enfin, il faut dire que Frédérique Nalbandian exécute nombre de dessins où surgit avec plus ou moins de netteté sur le papier, un tissage entre références à l’histoire de l’art et im-précis d’anatomie. Une partition, pourrait-on dire, entre ce qui relèverait du désir de décrire le tournoiement du ciel et celui de remettre l’homme au centre du système …

 

 

Texte de Ondine Bréaud-Holland (extraits du dictionnaire des artistes)

Frédérique Nalbandian

Née en 1967, elle vit et travaille à Nice

 


 

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2020

Musée du Pavillon de Vendôme, Aix-en-Provence (à venir)

 

2019

L’Oreille qui tombe, deuxième effondrement, en collaboration avec Pascal Quignard, Savonnerie du Fer à cheval, & PAC, ass. Voyons-Voir, Marseille

 

2018

Espace Madoura, Vallauris

 

2017 

Centre d’Art Villa Saint-Cyr, Bourg-la-Reine

 

2016

De Aquis confusis, monographie, Musée Jean Cocteau – collection Séverin Wunderman, Menton

L’Oreille qui tombe, Festival de musique MANCA & Musée Jean Cocteau – collection Séverin Wunderman, Menton

Trop Poétique, Galerie Kamila Régent, Saignon-en-Lubéron

La Quinzaine arménienne, La Maison Blanche, Marseille

L’Oreille qui tombe, exposition personnelle et première performance des Ténèbres en collaboration avec Pascal Quignard, Centre d’Art Le Moulin, La-Valette-du-Var

 

2015

Mille Litres, Galerie Eva Vautier, Nice

Réminiscences, Èglise Sainte-marie, Ass. Voyons-Voir, Puyloubier

Les ateliers contemporains sur Francis Ponge, Colloques de Cerisy, Cerisy-la-Salle

 

2014

Ainsi soit-il, invitée par Jacqueline Gainon, Galerie Eva Vautier, Nice

 

2013 

Mirage, œuvre in situ semi pérenne, Parc du Grand-Saint-Jean, Aix-en-Provence

 

2012 

Adduction, in situ et work in progress, pour «Les architectures de l’eau», directrice Jacqueline Ursch, ass.ESSOR, Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille

Sur la piste des éléments, CIAC Carros, curator Sophie Braganti, Carros

 

2011 

A ciel Ouvert, L’art contemporain et la Côte d’Azur, curator Maurice Fréchuret, Coaraze

 

2010

Quatre savons, Viapac Rte de l’art contemporain, Musée Gassendi, commissariat Nadine

Gomez, Jardins des Cordeliers, Digne-les-Bains

Fragments sonores, installation work in progress sonore avec la collaboration de Cécile Bonopéra, psychanalyste, co-produite par le Centre National de Création Musicale, Nice

Entre-Temps II, Galerie Depardieu, Nice

 

2009

S’eaux, installation définitive du work in progress, Chambre de Séjour avec vue, Saignon en Luberon

 

2008

Entre-Temps, Galerie Entropyart, Naples, Italie

Trésor, Galerie Depardieu, Nice

Lab Gallery, curator Enrico Pedrini, New-York, Etats-Unis

S’Eaux, work in progress, Galerie Kamila Regent, Saignon

 

2006

Apokalupsis, Centre d’Art Intercommunal, Istres

À creux perdu, Galerie Depardieu, Nice

À creux perdu, Galerie des Ponchettes, Ville de Nice

 

2003 

Fort Napoléon, Galerie La Tête d’Obsidienne, La Seyne-sur-Mer

Galerie Soardi, Nice

 

2002

Rose-Chlore, pièce in situ, Jardins de la Bastide du Roy, Antibes

 

2001

Phantasma, participation de Caroline Apostolopoulos, Vitrine, Musée d’Art Moderne et Contemporain, Nice

 

2000

Galerie Kamila Regent, Saigon

 

1999 

Je sais, tu sais, nous savons… ils savonnent, Galerie d’Art Contemporain, La Valette-du-Var

 

1997 

Lieux vexés des habitudes, a.j.m, Monaco

Chapelle Saint-Jacques, Menton

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2019

Avec plaisir #2, Galerie Éva Vautier, Nice
La Belle et la Bête, Musée Jean Cocteau, Menton
Face à Face, avec César, Musée de Montélimar & CAC Château des Adhémar, Montélimar
Exposition d’été, Galerie Kamila Régent, Saignon-en-Lubéron

 

2018

Avec Plaisir, Galerie Eva Vautier, Nice

Mères, Marie, marais, écologie d’un mythe, Musée de la Camargue, Arles

 

2017

Les Savonnières, Galerie Salle des Machines, rue des Savonnières, Toulon

 

2016

Impressions d’Ateliers, Musée Château des Hauts de Cagnes, Cagnes-sur-Mer

Ai Amore,  Community Hall e Minna, Rikuzentakata, Japon

 

2015

Les Arts éphémères, Parc de la Maison Blanche, Marseille

À une année lumière, Galerie Eva Vautier

 

2014

Foire International d’Art Contemporain d’Amsterdam, Galerie Arkivio, Amsterdam

 

2013

Hommage à Jean Moulin, UMAM, Banque Barclay & Espace Vision Future, Nice, Menton

Abbey Contemporary Art, ex Abbazia di San Remigio, Parodi Ligure, Italie

Soap Festival, Foire de Paris Porte de Versailles, curator Serge Malik, Paris

 

2012

Impressions d’Ateliers, Galerie Maud Barral, ass.South Art, Nice

Quatre, ass. Voyons-Voir, Les Vigneaux/Mont-Dauphin

Histoire de la performance sur la côte d’azur de 1951 à nos jours, CNAC Villa Arson, Nice

Ligue dissoute, Musée Museum Départemental, Gap

L’art contemporain et la Côte d’Azur,  Coaraze

L’art contemporain et la Côte d’Azur, Galerie Depardieu, Nice

 

2010

Chic art fair, Galerie Depardieu, Paris

Biennale de l’UMAM, Musée Château de Cagnes-sur-Mer, Ht de Cagnes

 

2009

Murs Visibles, murs invisibles, L’Art au Garage, Paris 19è

Alios, Sculptures dans la ville, Ville de La Teste de Buch

Château en chantier, Château du Domaine d’Avignon, Les Saintes- Marie-de-la-Mer

 

2008

Il Giallo di Napoli, Galerie Entropyart, Naples, Italie

New Sex Time, Galerie Helenbeck, Nice

 

2007

Alter-ego, exposition avec Jeffrey Haines, Galerie Chantal Helenbeck, Paris

Open 2007, Le Lido, Venise, Italie

 

2006

Madame, sculpture & performance, Printemps des Arts, Théâtre de la Photo, Nice

 

2005

Forme a venire, Galleria dell’Academia, Accademia di Belle Arti, Florence, Italie.

Par ce passage, infranchi, Le Frioul/Friche « La Belle de Mai », Marseille

 

2004

Les Murs, un autre regard / Intra-muros,  Ville de Nice

 

2003

Hors les murs, Galerie Soardi, Chantal Helenbeck, Bastide du Roy, Antibes

 

2002

Pièces d’attention, Galerie Red District et Espace Culturel, Marseille

 

2001

Pour le plaisir, Galerie d’art Contemporain, La Valette du Var

 

2000

Symposium International de Sculpture, Beyrouth/Aley, Liban

 

1999

Narcisse réfléchi, Musée de la Préhistoire, Menton

Ateliers porte-ouvertes, Musée Palais Carnoles

 

1998

Matière en émoi, Centre Gildo Pastor, Monaco

 

1997

Tremplin 97, Usine Corot, Marseille

Atelier du Sud, Musée de la Préhistoire, Menton

Premier prix de sculpture Jeunes Talents, Chapelle Saint-Jacques, Menton

 

1996

Bienvenue Présentation n°2, Galerie Maxime Puglisi, Nice

100%, Villa Arson, Nice

Murmure, Salons du Louvre, atelier “porte ouverte”, Menton

 

1995

Nice by Night Open 3, Nice

6ème Festival des Arts, Beaulieu-sur-Mer

 

 

Collections publiques et privées :

 

2018

Sculpture Ritournelle & deux dessins, collection FRAC-PACA

Ordalie, collection Musée d’Art Moderne et Contemporain de Pales$ne

Miracles, collection Musée de la Camargues, Arles

 

2015

Quand les volets, dessins livre d’artiste avec Sophie Braganti, 30 exemp, Édition : Coll. de Madame L, Paris

 

Œuvre dans l’espace public :

 

2019

Retraites pacifiques, en cours d’acquisition, Hall de l’Hôtel de Ville, Bourg-la-Reine

 

2015

Deux, Jardins des Grenadiers, CHU Pasteur II, Nice

 

2013/16

Mirage, in situ, Parc du Domaine du Grand Saint Jean, Aix-en-Provence

 

2007

Lauréate, projet d’aménagement du Chemin de Compostelle en collaboration avec Loïc Gestin architecte

 

 

Formation et résidence :

 

2016

Artelinea-Ha, résidence et forma$on, réalisation d’une série de 30 pièces en faïence

 

2012

Centre National de Recherche Musicale, bande sonore « 27éme jour, Nice 09-09-10 »

Résidence Voyons-Voir, Parcours d’Art Contemporain « Quatre », Les Vigneaux et Mont-Dauphin

 

2011

Production, Conseil Général, Musée du Verre Sars-Poterie, Nord Pas-de-Calais

 

2010

Fragments Sonores, Aide à la production, Centre National de Recherche Musical, Nice

Subvention Conseil Régional PACA, aide à l’édition

 

2006

Subvention Conseil Régional PACA, aide à l’édition

Subvention, Ville de Nice, aide à l’édition

 

2003

Subvention D.A.P, Aide à la première exposition personnelle, Galerie Soardi, Nice

 

2002

Subvention DRAC-PACA, Aide au réaménagement d’atelier

Résidence, Institut Culturel Italien Marseille, Province de Salerne, Italie

Résidence, Chambre de Séjour avec Vue, Galerie Kamila Regent, Saignon en Lubéron

 

1999-2015

Atribution atelier, Ville de Nice, DRAC/PACA

 

2000

Résidence Unesco, Beyrouth, Liban

 

1996

DNSEP, Villa Arson, Nice

 

Frédérique Nalbandian, Remonter le temps, 2020
Frédérique Nalbandian, Les Panacées, 2021
Frédérique Nalbandian,
Frédérique Nalbandian, Hygie, 2021
Frédérique Nalbandian, Hygie, 2021
Frédérique Nalbandian, Remonter le temps, 2020
Frédérique Nalbandian, Précipité 08-12-12, Marseille, 2013 bac issu de linstallation évolutive Adduction Hall des Archives Départementales Marseille diamètre 155 cm ©
Frédérique Nalbandian Périples, Carros 6-01-13, Nice 01-09-14, 2012 2014
Frédérique Nalbandian Blues, Nice 30-04-10, 2010
Frédérique Nalbandian, Reconnaissance, 2020
Frédérique Nalbandian, Camargues Précipité, 2018
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Site personnel :

http://www.frederique-nalbandian.com/

Documents d’artistes :

http://documentsdartistes.org/artistes/nalbandian/page1.html

Dossier de presse : « L’oreille qui tombe », exposition à l’Espace d’art Le Moulin du 13 février au 23 avril 2016 :

Dossier de presse Le Moulin – NALBANDIAN

Alice Guittard

Alice Guittard

Né en 1986, vit et travaille à Paris


« Préférant aux résultats tangibles des solutions imaginaires et aux routes toutes tracées leurs chemins de traverses », Alice Guittard analyse aussi sa relation au temps, au regardeur et à la mémoire collective. Son travail interroge la notion d’exposition en dévoilant les dessous de la création et de la production, en jouant sur la dérive spatio-temporelle. Pour elle, exposition rime avec expédition. Son désir de repousser les limites de l’exposition en inventant à chaque fois un autre format, un autre langage est pour elle une manière de faire naître des analogies surprenantes chez l’observateur.

C’est au travers d’éditions, de photographies, de vidéos, de sculptures et d’expérimentations qu’Alice Guittard dérive d’histoires en histoires en révélant par bribes les éléments qui constituent ses recherches. Dans ses installations, le visiteur devient alors acteur d’une réalité encadrée mais pas limitée. Partant à la dérive dans l’espace, il devient récitant d’un scénario à venir. Par ailleurs, ses installations ne sont jamais l’aboutissement d’un projet, mais simplement une étape. Les projets se prolongent, se racontent, se partagent, s’arrêtent puis reprennent.

Mathilde Villeneuve

Alice Guittard 

 


 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2019
In Ruins, Parco Scolacium, Catanzaro Lido, Italie

 

2018
SAGA II, Double V Gallery,  com. Nicolas Veidig-Favarel,  Marseille
Portrait de l’artiste en jeune femme, La Halle, Pont-en-Royans
Nos armes, Galerie Perpitch & Bringuand, Paris
La mémoire et la mer, ENTRE I DEUX, Nice
Espaces Témoins, Galerie Praz-Delavallade, Paris
L’art de la Forme, Parcours Saint Germain, Boutique Longchamp, Paris
Objet de tendresse, Galerie Michel Journiac, Paris,
Shelves Hanger Desk, Le Cœur, Paris

 

2017
En forme de Vertiges, Bourse Révélations EMERIGE, com. Gaël Charbau, Paris
L’Institut d’Esthétique, com. H Grenet, E. Degorce-Dumas, V. Voillat,  Palais de Tokyo, Paris
Surface sans cible, com. Anaïd Demir, #22VISCONTI, Paris
SAGA, Double V Gallery, com. Nicolas Veidig-Favarel, Marseille
Les secrets du Docteur F., Under construction, com. Théo-Mario Coppola, Paris
Art-o-rama, show room, com. Gaël Charbau, Marseille
Inventeurs d’aventures, com. Gaël Charbau, Marseille
Émulsions, Galerie Arnaud Deschin, com. Alexandre Quoi, Paris

 

 

2016
Immersions, Cité Internationale des Arts, com. J.C. Arcos, Paris
Impressions d’ateliers, CIAC, Carros
Photographic Study, Jogging, Marseille

 

2015
biblioteca, Under Construction Gallery, com. Katarina Stella, Paris
Tribu, Galerie Eva Vautier, Nice
O.V.N.I., Musée Masséna & Galerie Eva Vautier, Nice
Meet me on the beach, La Couleuvre, Saint-Ouen
Blam Baoum Ballade, MDAC, Cagnes s/mer
Parti(e) du paysage, Galerie Simon Cau, Montrouge
Xochimilco, Oaxaca, MX
À une année lumière, Galerie Eva Vautier, Nice
Éditions, Espace à Vendre, Nice

 

2014
Au Pays des Enchantements, Galerie de La Marine, Nice
HBP, La GAD, com. Chloé Curci, Marseille
Minimenta, Galerie Bertand Baraudou, Paris
En Suspens, Galerie Eva Vautier, Nice
59ème Salon de Montrouge, Montrouge

 

2013
Magie Noire #1,  Yoyo, Palais de Tokyo, Paris
Dupinpopupstore #2, Galerie Dupin, Reykjavik, Paris
Dupinpopupstore #1, Galerie Dupin, Reykjavik, Paris
Des corps compétents, Galerie Carrée, Villa Arson I Nice
Le sens de la vague, Galerie de la Marine, Nice

 

 

2012
Dialogue, Reykjavik, Islande
Banana spleen, Hemmi og Valdi, Reykjavik, Islande
Útrýmingarsala, Kaffistofan, Reykjavik, Islande
Komumaður spyr hvort eg vaki, cur. Unnar Örn Auðarson, Útúrdúr, Reykjavik, Islande
Halarófa Gjörningar, Reykjavik, Islande

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2019
Villa Pisani, Biennale de Venise, Italie
Puisque rien ne dure, vraiment
Galerie The Pill, Istanbul, Turquie
Musée des Arts Décoratifs, La Havane, Cuba

2018
Atrocement réel, Cité des Arts, Paris

 

AUTRES

 

2011

Réalisation des décors des Droits de l’Enfant à l’Auditorium Rainier III à Monaco Membre de l’Orchestre Inharmonique de Nice, projet de Gauthier Tassard

Réalisation du visuel pour la journée portes ouvertes de la Villa Arson Participation au projet sonore du Printemps des Arts avec Pascal Broccolichi

 

2010

Participation au projet de lecture performance Comment faire un bloc ? (Joris Lacoste) avec Emmanuel Lecomte Co-présidente de l’association EVA (Étudiants Villa Arson)

Réalisation du visuel pour la journée portes ouvertes de la Villa Arson Administratrice du blog d’esthétique Troublant Noir http://troublantnoir.tumblr.com/ Réalisation de performances The Nice Choir avec A Constructed World à la Biennale

de Belleville) Membre de The Nice Choir, réalisation de performances pour l’exposition DOUBLE BIND : ARRÊTEZ D’ESSAYER DE ME COMPRENDRE ! à la Villa Arson

 

2009

Assistante-Scénographe sur Macbeth mis en scène par Frédéric De Goldfiem au Théâtre National de Nice

Née en 1986 à Nice, vit et travaille à Paris.

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2019
In Ruins, Parco Scolacium, Catanzaro Lido, Italie

 

2018
SAGA II, Double V Gallery,  com. Nicolas Veidig-Favarel,  Marseille
Portrait de l’artiste en jeune femme, La Halle, Pont-en-Royans
Nos armes, Galerie Perpitch & Bringuand, Paris
La mémoire et la mer, ENTRE I DEUX, Nice
Espaces Témoins, Galerie Praz-Delavallade, Paris
L’art de la Forme, Parcours Saint Germain, Boutique Longchamp, Paris
Objet de tendresse, Galerie Michel Journiac, Paris,
Shelves Hanger Desk, Le Cœur, Paris

 

2017
En forme de Vertiges, Bourse Révélations EMERIGE, com. Gaël Charbau, Paris
L’Institut d’Esthétique, com. H Grenet, E. Degorce-Dumas, V. Voillat,  Palais de Tokyo, Paris
Surface sans cible, com. Anaïd Demir, #22VISCONTI, Paris
SAGA, Double V Gallery, com. Nicolas Veidig-Favarel, Marseille
Les secrets du Docteur F., Under construction, com. Théo-Mario Coppola, Paris
Art-o-rama, show room, com. Gaël Charbau, Marseille
Inventeurs d’aventures, com. Gaël Charbau, Marseille
Émulsions, Galerie Arnaud Deschin, com. Alexandre Quoi, Paris

 

 

2016
Immersions, Cité Internationale des Arts, com. J.C. Arcos, Paris
Impressions d’ateliers, CIAC, Carros
Photographic Study, Jogging, Marseille

 

2015
biblioteca, Under Construction Gallery, com. Katarina Stella, Paris
Tribu, Galerie Eva Vautier, Nice
O.V.N.I., Musée Masséna & Galerie Eva Vautier, Nice
Meet me on the beach, La Couleuvre, Saint-Ouen
Blam Baoum Ballade, MDAC, Cagnes s/mer
Parti(e) du paysage, Galerie Simon Cau, Montrouge
Xochimilco, Oaxaca, MX
À une année lumière, Galerie Eva Vautier, Nice
Éditions, Espace à Vendre, Nice

 

2014
Au Pays des Enchantements, Galerie de La Marine, Nice
HBP, La GAD, com. Chloé Curci, Marseille
Minimenta, Galerie Bertand Baraudou, Paris
En Suspens, Galerie Eva Vautier, Nice
59ème Salon de Montrouge, Montrouge

 

2013
Magie Noire #1,  Yoyo, Palais de Tokyo, Paris
Dupinpopupstore #2, Galerie Dupin, Reykjavik, Paris
Dupinpopupstore #1, Galerie Dupin, Reykjavik, Paris
Des corps compétents, Galerie Carrée, Villa Arson I Nice
Le sens de la vague, Galerie de la Marine, Nice

 

 

2012
Dialogue, Reykjavik, Islande
Banana spleen, Hemmi og Valdi, Reykjavik, Islande
Útrýmingarsala, Kaffistofan, Reykjavik, Islande
Komumaður spyr hvort eg vaki, cur. Unnar Örn Auðarson, Útúrdúr, Reykjavik, Islande
Halarófa Gjörningar, Reykjavik, Islande

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2019
Villa Pisani, Biennale de Venise, Italie
Puisque rien ne dure, vraiment
Galerie The Pill, Istanbul, Turquie
Musée des Arts Décoratifs, La Havane, Cuba

2018
Atrocement réel, Cité des Arts, Paris

 

AUTRES

 

2011

Réalisation des décors des Droits de l’Enfant à l’Auditorium Rainier III à Monaco Membre de l’Orchestre Inharmonique de Nice, projet de Gauthier Tassard

Réalisation du visuel pour la journée portes ouvertes de la Villa Arson Participation au projet sonore du Printemps des Arts avec Pascal Broccolichi

 

2010

Participation au projet de lecture performance Comment faire un bloc ? (Joris Lacoste) avec Emmanuel Lecomte Co-présidente de l’association EVA (Étudiants Villa Arson)

Réalisation du visuel pour la journée portes ouvertes de la Villa Arson Administratrice du blog d’esthétique Troublant Noir http://troublantnoir.tumblr.com/ Réalisation de performances The Nice Choir avec A Constructed World à la Biennale

de Belleville) Membre de The Nice Choir, réalisation de performances pour l’exposition DOUBLE BIND : ARRÊTEZ D’ESSAYER DE ME COMPRENDRE ! à la Villa Arson

 

2009

Assistante-Scénographe sur Macbeth mis en scène par Frédéric De Goldfiem au Théâtre National de Nice

Alice-resized
Alice Guittard n° 5385 [En panne] 2014 Néon
Alice Guittard n° 5384 [Occupation optimale (mais partielle) du...] 2014 Edition, exemplaire unique10 feuilles 42 x 29,7 cm
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Natacha Lesueur

natacha recadre

,

Née en 1971 à Cannes, Natacha Lesueur à fait ses études à la Villa Arson à Nice.  Sa première exposition personnelle a lieu en 1996. Elle fut lauréate du prix Ricard en 2000 et résidente à la villa Médicis à Rome en 2002-2003. Elle a exposé dans de nombreux pays en Europe, aux USA, en Corée et en Chine. La galerie Charlotte Moser à Genève, et la Galerie Clara Maria Selz à Dusseldorf représente son travail. Ses œuvres sont présentes dans les plus prestigieuses collections publiques et privées. Un ouvrage rétrospectif de son oeuvre a été édité par le MAMCO à Genève en 2011.  Elle vit et travaille à Paris.

,

Œuvre,

,

L’ensemble du travail de Natacha Lesueur est, depuis 93, essentiellement photographique. Si la photographie détermine en dernière instance son rapport à l’image, elle construit ses images comme des tableaux. L’image photographique vient se poser comme un vernis sur les compositions. Ses préoccupations artistiques s’articulent autour du corps, de l’apparence, de l’apparat et de la relation intime que la chair et l’alimentaire entretiennent. Ce corps, sujet de prédilection a été soumis dans différentes séries d’images à différents traitements qui relèvent à la fois de la contrainte, de la mise en scène, et du masque (entre parure et  camouflage). Elle produit des séries, qui se suivent sans se ressembler, se déploient en une infinie variété où des notions comme : le motif, le tour de force, le trompe l’œil, les pièges optiques résonnent entre elles et font unité même du travail. La moitié de sa production photographique confronte le corps à la nourriture (des aspics en guise de bonnets de bain (97-98), une peau de saumon comme résille de chignon, des jambes gainées de crépine de porc (97-98), des bouches dont les dents sont des graines de toutes sortes (00), des pièces montés d’aliments et de cheveux (02-07), etc.) Dans d’autres images, des corps de femmes sont marqués d’empreintes de perles (94-96), de test de vision (00-01), des visages d’homme endormis s’incrustent de marque de plume (04), des ongles sont sculptés (97-03), des jeunes filles aux dents vernies de rouge éclatent de rire (07-08). Dans la série réalisé entre (2011-14), elle explore la figure de  l’actrice Carmen Miranda et s’ouvre à l’image animée . Elle emploie le corps comme une surface d’inscription, un support plus ou moins régulier pour les préparations culinaires ou les empreintes qu’elle y dépose. Objet de convoitise, le corps est parcellisé, il ne fait qu’un, il est tous les corps.

Natacha LESUEUR

née en 1971 à Cannes
Vit et travaille à Paris

 


 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2014

Ombres blanches, commissaire : Maurice Frechuret, Musée national Marc Chagall, Nice, France. (cat)

 

2013

Outside a nut, commissaire : Marie Canet, Fondation Ricard, Paris, France

Like Mirror, avec Brice Dellsperger, commissaire : Damien Sausset, Transpalette, Bourges, France.

 

2012

Ne me touche pas, Frac Languedoc-Roussillon, commissaire : E.Latreille Montpellier, France.

 

2011

Je suis néE, etc. MAMCO, commissaire : C. Bernard Genève, Suisse.

Exposition miroir, Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse

Zakouski, Galerie de l’ Arsenal, Metz, France

 

2010

Musée d’art et d’histoire et chapelle des pénitents bleus, « Casanova Forever », FRAC Languedoc Roussillon Narbonne, France. (cat).

 

2009

Vitrine des galeries Lafayette, commissaire : E.Lavigne, Centre Pompidou, Paris, France.

 

2008

Tokyo-arts, boutique Van Cleef & Arpels, Tokyo, Japon.

Degustarte avec Diana Theocharidis, Polyforum Sequeiros, Mexico, Mexique.

Moins, ce ne serait pas assez, CPPM, Nimes, France. (cat)

 

2007

Maison de la culture, commissaire : H. Besacier, Bourges, France.

La femme que j’aime semble porter un masque certains jours, Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse.

Je suis folle de ta bouche de fraise, Maison de la photographie, Toulon, France. (cat)

 

2006

Installation en milieu urbain, Gwangju, Corée.

Institut français de Valence, Espagne.

 

2005

Galerie Clara Sels, Düsseldorf, Allemagne.

Arrangement Culinaire, incidental projects, Agentur, Amsterdams, Hollande.

Galerie Praz Delavallade, Paris, France.

 

2004 

Galerie Krinzinger, Vienne, Autriche.

Frac Poitou-Charentes, Angoulême, France.

Uomo, CAN, Neuchâtel, Suisse.

 

2003

Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse.

Sei, Villa Médicis, Rome, Italie.(cat)

Galerie Française, Rome, Italie.

 

2002

Galerie Praz Delavallade, Paris, France.

Opticalifragilistic, commissaires : T. Davila et R. Klein, Aldrich Museum of Contemporary Art, Ridgefield, USA.(cat)

 

2001

Prodige, Centre Pompidou, Paris, France.

Galerie Clara Sels, Düsseldorf, Allemagne.

Il faut toujours plaire, commissaire : C. Bernard, MAMCO, Genève, Suisse.(cat).

 

2000

Galerie Soardi, Nice, France.

Natacha Lesueur et Bruno Pelassy, Le Hall, École des Beaux Arts de Lyon. France.

Natacha Lesueur & Bruno Pelassy, FIAC 2000, Galerie Krinzinger, Paris, France

Galerie Praz Delavallade, Paris, France.

 

1999

Galerie Clara Sels, Düsseldorf, Allemagne.

Galerie Krinzinger, Vienne, Autriche.

Ancien collège des jésuites, commissaire : G. Jassaud, Reims, France.

Museum fûr fotographie, Braunnschweig, Allemagne.

 

1998

Galerie Krinzinger, Fôrderprogramm Art Cologne, Allemagne.

Galerie Fotohof, Salzburg, Autriche.

Galerie Soardi, Nice, France.

Galerie Françoise Knabe, Francfort, Allemagne.

 

1997

Galerie du triangle, commissaire : X. Boussiron, Bordeaux, France.

Galerie M.D.J, commissaire : J.P.Huguet, Neuchâtel, Suisse.

 

1996

Galerie Évelyne Canus, La Colle sur Loup, France.

Galerie des cyprès, Villa Arson, Nice, France. (cat)

Galerie Manu Timoneda, Aix en Provence, France.

 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)

 

 

2014

Le rire, The drawer, Paris, France.

Me + you in the living room, SongEun Art and Cultural Foundation, Séoul, Corée.

Où commence le futur ?, Galerie des ponchettes, MAMAC, Nice, France.

Les esthétiques d’un monde désenchanté, Centre d’art contemporain, Meymac, France.

Identité de genre, Galerie Galerie Réjane LOUIN , à Locquirec, France.

Sinon, le chaos, commissaire Timothée Chaillou , L’appartement, Paris, France.

Grey Flags, commissaire Timothée Chaillou , galerie Backslash, Paris, France.

Le Festin de l’art, commissaire J.J Aillagon, Dinard, France. (cat)

Identité de genre, Galerie Françoise Besson, Lyon , France.

Le mur, la collection Antoine de Galbert, La maison rouge, Paris, France

Picasso, Magritte, Warhol… une exposition aux visages multiples, Centre de la Vielle Charité, Marseille, France.

 

2013

Cet art qui m’entreprends≠4, commissaire : Bernard Muntaner, UPE 13, Marseille, France

Saison 17, commissaire : la Station, Lieu commun, Toulouse, France.

The look behind,, commissaire Christoph Kohl, Märkisches Museum Witten, Allemagne.

Polka palace, musée de Bastia, Bastia, Corse, France

Entrée libre mais non obligatoire, collection Noël et Loupio Dolla. Villa Arson, Nice, France.

Archipels réinventés, commissaire: E.Lavigne, Centre de la Vielle Charité, Marseille, France.

Sleep disorders V et VI, commissaire B. L. Aman & M. Auburtin, Cité Int. des Arts, atelier C3, Paris, France.

Ulysses, L’autre mer, Musée d’art et d’histoire, Saint Brieuc, France.

Volupté, Galerie des galeries, Astérides, Marseille, France.

Ça grimpe ? Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse

 

2012

Chaos et déséquilibre, Chalabi Art Gallery, commissaire : Ali Akay, Istanbul, Turquie

Questions d’images (visages de sable), Carré d’Art – Musée d’art contemporain de Nîmes, Nimes, France

Visage et Portrait , Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse

Peau d’âme, Galerie Next Level, Paris, France.

Mesdames et messieurs, au 8 rue Saint-bon, éditions du Mamco, Paris, France

L’amour du risque, Musée d’art contemporain, Zagreb, Croatie.

Question de goût, Salle d’exposition, Guyancourt, France.

Identité de genre, Galerie Marie José Degrelle, Reims, France.

 

2011

COLUMNA 01, Musée St Pierre, commissaire : la Station, Vienne, France.

My Paris – Collection Antoine de Galbert , Me Collectors Room, Berlin, Germany.

Identité de genre, Centre d’art Contemporain / Passages, Troyes, France.

Le Beau est toujours bizarre, FRAC Haute Normandie, Trafic, Sotteville-les-rouen, commissaire P Piguet,          France.

Femme objet, femme sujet, Abbaye Saint André, Centre d’art contemporain, Meymac, commissaire :      C.Bissière et J P. Blanche, France.

Filament, Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse.

Peau, fondation Claude Verdan, Lausanne, Suisse.

Attention à la figure,L’art contemporain et la Côte d’Azur, un territoire pour l’expérimentation, Château de Villeneuve, Vence, commissaire R. Durand, France. (cat)

 

2010

Ni maître, ni valet, Galerie Soardi, Nice, France.

Clairs-obscur, château musée grimaldi, biennale umam 2010, Haut de Cagnes, France.

Animal politique, FRAC Poitou-Charentes, Linazay, France.

Extraits de Printemps: La part des ombres, Musée Henri-Martin, Cahors, France.

Metissages, Hôtel hèbre de Saint-clement, Rochefort, commissaire Y. Sabourin, France.

elles@centrepompidou, Centre Pompidou, Paris, France. (cat)

 

2009

La Bagna Cauda, Galerie Sandrine Mons, Le Loft, Nice, France.

Pol/A, commissaire: label hypothèse, Galerie Nivet-Carzon, Paris, France.

Metissages, musée Baron Gérard, Bayeux, commissaire Y. Sabourin, France.

Pas nécessaire et pourtant indispensable, centre d’art contemporain de Meymac, France.

Archipels réinventés, commissaire: E.Lavigne, Centre Pompidou, Paris, France.

Carte blanche à la Station, module1, palais de Tokyo, paris , France.

elles@centrepompidou, Centre Pompidou, Paris, France.

Un voyage sentimental, Maison de la culture Amiens, commissaire : H. Besacier, France. (cat)

 

2008

Pernod Ricard art world french contempory art, 10 years of Riacrd foundation prize, centre d’art contemporain     Winzavod, Moscou, commissaire : C. Staebler, Russie.

Chaud’biz, Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse.

L’image fabriquée, Musée des beaux arts Ho Chi Minh Ville, commissaire : P. Piguet, Vietnam. (cat)

De l’impertinence! Maison de la culture Amiens, commissaire : H. Besacier, France.

Subito, commissaire : la Station, Apricale, Italie.

Ça fout les chocottes! Vallon du Villaret, Bagnols-les-bains, France. (cat)

Et tout pour les mange-tripes ! Musée Pierre Andre Benoit et espace de Rochebelle, Ales, France. (cat)

Panurge dit tout et n’entend rien ! château d’Ô, Montpellier, France. (cat)

Trinch! Château de Jau, Cases-de-pene, France. (cat)

Métamorphose, fondation Salomon, Abbaye d’Annecy-le-Vieux, France.

Babylon Inside, un projet d’Edouard Ropars, La Station, Nice, France.

Metissages, musée de Bourgoin-Jallieu, commissaire Y. Sabourin, France.

Des constructeurs éclectiques, commissaire L.Guéhenneux, CRAC, Sètes, France.

 

2007

Interstices, installation en milieu urbain, la chambre clair, Parc Borely, Marseille, France.

Métissages, The Jim Thompson Art Center, Bangkok, Thailand. commissaire Y. Sabourin

Versailles off, nuits blanches au château de Versailles, commissaire L. Lebon, France.

Quarantaine, Galerie Norbert Pastor, Nice, France.

Nice to meet you, MAMAC, Nice, France. (cat)

Billboards, Jurmala, Lettonie

Faits en France, National art gallery, Sofia, Bulgarie. (cat)

Sweet’art, Parcours Saint Germain- café de Flore, Paris, France

Le corps comme spectacle, Museum of Modern and Contemporary Art

Dolac, Rijeka, Croatie

 

2006

Bon appétit, Galerie Lisi Hämmerle, Bregenz, Autriche.

Art in context, exposition en milieu urbain, la chambre clair, Marseilles, France.

L’égosystème ,10 ans de la Station, confort moderne, Poitiers, France.

Profils 15 ans de création artistique en France, commissaire P. Piguet, musée Péra, Istanbul,

Benaki Muséum, Athènes.

Métissages, Musée des arts décoratifs, institut français, Prague,Tchécoslovaquie, commissaire Y. Sabourin

Unlimited Bodies – Every sperm is sacred – every sperm is great, Galerie Clara Maria Sels, Dusseldorf, Allemagne

La force de l’art, prix Ricard, grand palais, Paris.

Channel, Sheffield Contemporary Art Forum, Sheffield, Angleterre

Dormir, Rêver… et autres nuits, CAPC de Bordeaux, Bordeaux, France. (cat)

 

2005

Lotissement de cimaises, Villa Arson, Nice. France.

Exposiition d’été, Galerie Charlotte Moser, Genève, Suisse.

Venus en Perigord, commissaires : A. Avila et D. Le Sergent, Collégiale de Ribeyrac, France.

Main dans la main, Kunstverein Bad Salzdetfurth, Allemagne.

Enchanté Chateau, commissaire C. Bernard, Chateau d’Arenthon, fondation Salomon, Alex, France.

De lo Real y lo Ficticio. Arte contemporaneo de Francia, Museo de arte Moderno de Mexico, Mexique.

Post-Apostrof’, commissaire : La Station, museo laboratorio d’arte contemporanea dell’Università, La Sapienza, Rome, Italie.

Dormir tête beche avec un inconnue, commissaire : La Station, La friche de la belle de mai, Marseille, France.

 

2004

Body Extensions, Mudac, musée de design et d’arts appliqués contemporains, Lausanne, Suisse.

Hors d’oeuvre, commissaire : M. frechuret, CAPC, Bordeaux, France. (cat)

Support, Neue Galerie Graz am Landesmuseum Joanneum, Graz

Des images qui ne seraient pas du semblant-la photographie écrite, commissaire : JM. Ribettes, Passage de Retz, Paris, France.

Pop culture, commissaire : Agnès de Gouvion Saint-Cyr, Gallery Sejul, Seoul, Korea./ Old Parliament House, Singapour/Tadu Contemporary Art Gallery, Bangkok, Thaïlande.

Fridge, commissaire : L.H Dreyfus, Hong kong, Chine.

Body bilder, commissaire : C. Teisseire, Kunsthalle Palazzo, Liestal, Suisse.

 

2003

Photo-sculptures(2) gestes poses attitudes, Frac Limousin, Limoges, France.

Défilé d’art, Paris, Galerie Lafayette, France.

L’art d’être au monde à Melle, Romanes, Festival International d’art contemporain, Deux-Sèvres, France.

Fable de l’identité, commissaire : R. Durand, CNP, Paris, France.

Les 20 ans des Frac, Trésors Publics , Entrepôts SNCF, Arles, France.

Moi je(ux), Espace Peiresc, Toulon, France.

La fabrication du réel 1980-2000, Maison Européenne de la Photographie, Maison Hongroise de la Photographie, Budapest, Hongrie. (cat)

 

2002

C’est pas Joli Joli, Turin, Institut culturel français, Italie.

 self/in material conscience, Fondation Sandretto (guarone), Italie.

Photobiennale 2002, 4 °mois international de la photographie à Moscou, Maison de la Photographie, Moscou,  Russie. (cat)

Chaussés croisés, Mudac, musée de design et d’arts appliqués contemporains, Lausanne, Suisse.

Collections croisées, CAPC, Bordeaux, France.

Rapprochement entre l’art et la mode, Espace Ricard, Gal Papillon-Fiat, Paris, France

 The Armory Show 2002, galerie Praz Delavallade, New York, U.S.A.

 Less Ordinary, commissaire : S. Kim, Artsonje Center, Séoul, Korea. (cat)

Voilà la France, commissaire : A.Busto, Centre Expérimental Pour les Arts Contemporains, Carraglio, Italie.

Passages, Galerie il Prisma, Cunéo, Italie.

Les vertus sont des titres, les souffrances sont des droits, Frac Poitou-Charentes, Angoulême, France.

Fridge, commissaire : L. H. Dreyfus, galerie Fraîche attitude, Paris, France. (cat)

Closing party, Palazzo delle Esposizioni, Rome, Italie.

 

2001

Le regard du photographe, Arthotèque in Lyon, France.

Heads or tails, gallerie Praz Delavallade, Paris, France.

Human Factor, galerie Unlimited, Athènes, Grèce.

Léger différé, CRAC, Sète, France.

Métamorphoses, Espace Culturel rural, Guillestre, France.

Effervescence, galerie G. -P. & N. Vallois, Paris, France.

The Armory Show 2001, galerie Praz Delavallade, New York, U.S.A.

Vitrine d’artiste, commissaire : O. Saillard, Le Bon Marché, Paris, France.

Virtuel -Réel, Espace de l’Art Concret, Mouans Sartoux, France.

Interférence, commissaire : M-J Jean, VOX, Metro Berry-UQUAM, Montréal,Canada. (cat)

Réjouissez-vous, avec B. Pellassy, commissaire : S.Froux, Le Parvis, Tarbes, France.

Ambiance magasin, Centre d’art contemporain de Meymac, France.

Transposition, my generation, commissaire : M. Nash, A. Pollazzon, 24 hours of vidéo art, Atlantis Gallery,                   Londres, Angleterre.

 

2000

La Station, commissaire : la Station, E.L.A.C, Lausanne, Suisse.

Main basse, commissaire : la Station, M.A.M.A.C, Nice, France.(cat)

Prodige, commissaire : R. Fleck, espace Paul Ricard, Paris, France.(cat)

Cross female-metaphors of the female in the art of the 90s, Künstlerhaus Bethanien, Berlin, Allemagne.(cat)

Garde-Robe, Faux mouvement, Metz, France.

 Grand TOUR, fotodifuzionne 2000, Palazzo Bricherasio, Turin, Italie.(cat)

Corps et attitudes, commissaire : Café-Crème, ancienne chapelle du Rham, Luxemboug-cents,           Luxemboug.(cat)

Les dames de la côte, commissaire : la Station, galerie C.art, Dornbirn, Autriche.

Juste au corps, la Criée, Rennes, France

Narcisse blessé, Passage de Retz, commissaire : J-M Ribettes, Paris, France.(cat)

16° Lifting, C/o Voulleminot, Paris, France.

Uomini con baffi in Napoli, Fondation Morra, Napoli, Italia

Sous l’écran pur de la peinture la mémoire jout son théâtre d’ombre, Centre d’art contemporain de Meymac,  France.

Big Torino, commissaire R. Fleck, Turin, Italie.(cat)

Paysage dans l’assiette, Soirée Nomade food lab, Fondation Cartier, Paris, France.

Au centre l’artiste, centre Pasquart, Bienne, Suisse.

À table !, Villa du parc, Annemasse, France.

 

1999

Les coups, Frac Bourgogne, Dijon, France.

Christian Robert Tissot, Natacha Lesueur, Galerie M.D.J, Neuchâtel, Suisse.

A girl like you, Galerie Praz Dellavalade, Paris , France.

Officina de Europa, commissaire : R. Barrili, Imola, Italie.(cat)

The anagrammatical body, commissaire: Peter Weibel, kunsthaus Mürzzuschlag, Autriche. (cat)

Le siècle du corps : Photographie 1900-2000, Culturgest, Lisbonne, Portugal.

Lascaux 2, commissaires : J. Joy, P. Devautour, villa Arson, Nice, France.

Drive in, commissaire la Station, parking de l’hôpital de l’archet 2, Nice, France.

Désir, Art Process, commissaire : E. Mezan, Paris, France

Extra et Ordinaire, commissaire : C. Macel, Le printemps de Cahors, Cahors, France.(cat)

Clin d oeil, commissaire : S. Schashl, Galerie Fotohof, Salzburg, Autriche.

Unheimlich, commissaire : U. Stahel, Fotomuseum, Wintherthur, Suisse.(cat)

Vanitas, oeuvres éphémères, Institut Culturelle francais de Rotterdam, Pays-bas.

 

1998

F comme Photographie, commissaire : M. Ritter, Fri-Art, Friburg, Suisse.

Dolce Vista, commissaire : la Station, La Salara, Bologne, Italie.

Bruits secrets, commissaire : O. Reneau et C.Sarraeiva, CCC, Tours, France.

Paul Ritter; In Site kunstraum Kreuzlingen, Suisse.

Lifestyle, Kunsthaus Bregenz, Autriche.

Photography as concept, commissaire : R. Wiehager, internationale Foto Triennale, Esslingen, Allemagne.(cat)

EX- hibition# 4, Galerie Xavier Laboulbenne, New York, U.S.A.

Arcus 3, commissaire : la Station, früher Philips/Tekade, Nûnberg, Allemagne. (cat)

Et stock, FRAC Bourgogne, Dijon, France.

Phänomen des Flüchtigen, Kultur raum spitalskirche, Lienz, Autriche. (cat)

Bonne Année, Galerie Air de Paris, Paris.

 

1997

fasten seatbelt, Galerie Krinzinger, Vienne, Autriche.

Take off, Galerie Krinzinger, Bregenz, Autriche.

From One Point To Another commissaires N. Goudinoux, A. Huber, R. Fleck, Atelier Soardi, Nice.

Des histoires en formes, Le Magasin, CNAC de Grenoble, France. (cat

Vraiment Féminisme et Art, commissaire L. Cottingham, Le Magasin, CNAC de Grenoble, France. (cat)

 

1996

Pomme Z, Galerie Artco, Ajaccio, France.

L’art du plastique, commissaire R. Fleck, énsb-a, Paris, France.

Absolutely Fabulous, Galerie Sintitulo, Nice, France.

118M2, Galerie Manu Timoneda, Aix en Provence, France.

Frühwirth, Lesueur, Luche, Lulic, Ritter, Serralongue, Steiner, Stockburger, cur : Axel Huber,  Heiligenkreuzerhof, Vienne (cat)

Übungspalast, chez U.fuchs et L.Tirala, Innsbruck, Autriche.

49F90, commissaires M. Matray et V. Justin, Galerie la caisse, Nice, France.

 Le titre est dans la valise, Galerie Sanguine, Paris, France.

My own private riviera, Galerie Sintitulo, Nice, France.

 

1995

Intervention, club du Capitaine Pip, Espace Jules Verne, Brétigny-sur-Orge, France.

 &, Galerie Valentin, Paris, France.

Nice by night III, un parcours nocturne dans plusieurs appartements niçois.

Spicy cuisine, avec B. Dellsperger, projection vidéo, ELAC, Lyon, France.

 

1994

P.S.S.S.S …, commissaire N. Dolla, Galerie Evelyne Canus, La Colle-sur-Loup, France.

Spicy cuisine, Vidéogrammes, vidéochroniques, Marseille, France.

Nice by night. I et II un parcours nocturne dans plusieurs appartements niçois.

Natacha Lesueur, "Carine", 2015, 100 x 80 cm
Natacha Lesueur, "Chantal", 2007, 437 x 217 cm
Natacha Lesueur, Tête brulée de fée, 2020
Natacha Lesueur, Les cheveux gris n’existent pas (Fausse coiffure)
Natacha Lesueur, "Fée soufflée", 2020, 43 x 63 cm
Natacha Lesueur, "Sans titre", 1996, 100 x 100 cm
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

http://creative.arte.tv/fr/community/la-collection-natacha-lesueur-ou-le-corps-au-coeur-de-lart

Jacqueline Gainon

_MG_0031

Jacqueline Gainon

 

Ainsi soit-il

 

C’est autour du dilemme entre l’image et la peinture, entre la mémoire et le fantasme, entre les bonnes manières et les jeux interdits que s’articule cette exposition de Jacqueline Gainon dans l’espace de la Galerie Eva Vautier. Placées sous le signe de la couleur, deux séries de grandes peintures bleues et rouges s’affrontent dans des registres diamétralement opposés.

 

Exécutée dans un style naïf presque léché, la série bleue fait appel aux souvenirs d’enfance de l’artiste : elle repose sur une libre interprétation de photographies d’excursions à la montagne issues d’un album familial. Les images d’origine, prises par le père de l’artiste dans l’arrière-pays niçois, font ici l’objet d’une série d’opérations plastiques. Leur transposition dans un format monumental, le passage du noir et blanc à la couleur et du rendu lisse de la photographie à la matérialité picturale leur confère une indéniable somptuosité. Enfin, tout ce qui relevait du paysage est remplacé par un fond bleu pastel qui rappelle plus le papier peint d’une chambre d’enfant qu’un ciel d’été. Les éléments pittoresques encore présents dans les premières versions de la série — panoramas, sommets rocheux ou calvaires — ont disparu pour laisser place à un espace/temps aussi abstrait qu’intemporel.

 

Entre image pieuse et mauvais rêve, ces peintures donnent à voir d’étranges portraits incroyablement paisibles dans lesquels l’artiste encore petite fille et les membres de sa famille se tiennent debout les uns contre les autres dans une sorte de demi-sommeil. Leurs yeux sont clos et lorsqu’ils sont ouverts, ils semblent définitivement absents comme si chacun regardait à l’intérieur de lui-même ignorant la présence de l’autre. Parfois leur tête tombe sur le côté ou leur visage s’efface, tandis que leur corps semble flotter dans cette étendue bleue. Leur teint blafard laisse imaginer le pire.

 

Si l’étrangeté de la scène tient à ce dormir debout collectif, elle est contrebalancée par les gestes de tendresse de ce père et de cette mère à l’égard de leurs quatre enfants. Il y a là quelque chose de touchant, d’encore vibrant qui laisse espérer un dénouement heureux. L’esprit se plaît à imaginer cette famille idéale, bien vivante, les yeux ouverts face à l’objectif photographique car ces images ont quelque chose d’universel, elles pourraient aussi bien être les nôtres. Mais ici l’optique est remplacée par le regard de l’artiste qui traite manifestement ses souvenirs d’enfance de manière psychanalytique au fil des opérations de déplacement qu’elle leur impose. Ainsi, ces bribes du passé ressurgissent à la manière de moments perdus à tout jamais comme si l’artiste ne parvenait pas à restituer la temporalité joyeuse de son enfance mais lui opposait un repos éternel. À l’évidence photographique se substitue l’opacité de la peinture avec sa matérialité grumeleuse et tourmentée.

 

Avec tendresse et humour, Jacqueline Gainon distord l’idée d’un bonheur familial d’autant plus obsolète qu’il a foutu le camp, affirmant de la sorte quelque chose de l’ordre de l’incroyance en la famille. Derrière la naïveté première de ces grandes icônes qui sont autant de variations sur le thème de la Vierge à l’enfant, mais que l’on pourrait également rapprocher de la pratique populaire des ex-votos par leur côté volontairement maladroit, se profile un inexorable sentiment de perte. Non, la peinture n’est pas chose rassurante, elle est âpre et impure. Et le rôle de l’artiste n’est-il pas celui de brouiller les cartes et de déranger ? Ainsi soit-il.

 

La série rouge, quant à elle, est infiniment plus gestuelle et expressionniste. Elle obéit à un traitement pictural très fluide qui laisse place à des coulures et des jus colorés. Si la matière est plus transparente que dans la série bleue, cette suite de tableaux est aussi plus plus sombre au sens propre comme au figuré.

 

Elle met en scène un huis-clos inquiétant dans lequel une petite fille vêtue d’une robe rouge devient la proie d’un groupe de jeunes garçons armés de battes et de pistolets. On y retrouve la fillette qui figurait dans les images de la série bleue avec sa robe année cinquante et dont on suppose qu’il s’agit de la sœur de l’artiste. Mais alors que dans la série précédente l’enfant était sage comme une image, ici elle est représentée en mouvement, dans des postures périlleuses induites par la violence que lui infligent ses tortionnaires. Les yeux bandés, elle est ligotée et frappée. Son petit corps peine à tenir debout tant elle est malmenée. Elle finit par tomber au sol.

 

Difficile de ne pas être touché par ce qui se donne à voir comme un trauma lointain, d’autant que la fillette semble poussée à l’extérieur du tableau. Si seulement nous était donnée la possibilité de l’aider.

 

Mais qui sont au juste ses agresseurs qui sortent à peine de l’ombre et dont la silhouette semble appartenir au fond sombre des peintures ? Pour quelle raison s’en prennent-ils à la fillette ? On dirait les membres d’une milice enfantine anonyme. Leurs traits sont effacés comme si la violence n’avait pas de visage. L’œil, il est vrai, est tout entier tourné vers la robe rouge qui virevolte dans l’espace du tableau et qui finit par détourner notre attention. On oublie alors que les garçons sont encore en culottes courtes et que leurs gestes, si on les soumet à un examen attentif, sont un rien maladroits et empruntés. Et s’il ne s’agissait que d’un jeu ? Jacqueline Gainon sème le doute. Alors milice secrète ou bande de scouts ?

 

On finit par se demander si l’objet de désir de ces jeunes gens n’est pas également le nôtre. Il faut dire que l’artiste a organisé ses compositions en dramatisant à souhait ces saynètes avec leur perspective rabattue et la lumière plongeante qui viennent nous tendre sur un plateau le corps presque érotique de cette enfant à la chair rose toute de rouge vêtue. Nous voici dans la peau du loup. Entre sévices et jeux interdits, ces scènes cauchemardesques et étouffantes viennent contrecarrer l’imagerie d’Épinal de la série bleue et tout ce qu’elle pouvait énoncer de rassurant et d’idéal sur la notion de famille mais aussi et surtout sur l’idée de peinture. Elles nous impliquent dans le jeu érotique de la représentation dont nous devenons les voyeurs.

 

En regard de cette série picturale très intense figurent d’extraordinaires petits dessins à l’encre de Chine et au feutre gouache où le combat semble se rééquilibrer par endroit. Il arrive alors que la fillette parvienne à tenir en respect ses agresseurs. La victime se fait ainsi bourreau pour le plus grand délice des regardeurs que nous sommes. Pour finir, le petit chaperon rouge dans sa légère robe que l’on voudrait en mousseline se hisse sur un énorme crâne où elle parvient à se tenir en équilibre, faisant ainsi la nique à la mort. Ainsi soit-il.

 

Catherine Macchi

Jacqueline Gainon

Née en 1951. Vit et travaille à Nice depuis 1978

 


 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2009  

Ithaque, Galerie Norbert Pastor, Nice

 

2006 

Galerie Norbert Pastor, Nice

Un, deux, trois, Soleil, Galerie de la Marine, Nice

 

2005 

Collège Port Lympia, Nice

 

1998  

Un autre lundi, Galerie Françoise Vigna, Nice

 

1996  

Galerie Lilo Marti, Saint-Paul de Vence

 

1995  

Galerie Martagon, Malaucène

Atelier Pascal Paradis, Nice

 

1994  

Foire de Hambourg

 

1993  

Fondation Sicart-Iperti, Vallauris

 

1992  

Galerie Joachim Becker , Cannes

Galerie Martine Queval, Paris

 

1991   

Galerie Tobias Hirschman, Francfort

 

1990  

Atelier 80, Bordeaux

Galerie Dau Al Set, Barcelone

Galerie René Baériswyl, Genève

Galerie Joachim Becker, Cannes

 

1989  

Christine Colmant Art Gallery, Bruxelles

Galerie Tobias Hirshman, Francfort

 

1988  

Galerie Municipale, Kaarst (Allemagne)

Galerie Joachim Becker, Cannes

Gallerie Tobias Hirshmann, Baden-Baden

 

1987    

FIAC, Paris, Galerie Joachim Becker

Galerie Anna Friebe, Cologne

 

1986   

Galerie Mudolo, Lisbonne

Galerie Laurens Daane, Amsterdam

Galerie Anna Friebe, Cologne

 

1985  

ARCO, Madrid

Musée de Toulon

Galerie Joachim Becker, Cannes

 

1984   

Galerie Joachim Becker, Cannes

Galerie Anna Friebe, Cologne

 

1983   

Lola Gassin, Nice

Atelier Macé, Cannes

Anna Johnson Gallery, Cambridge (USA)

Jacqueline Gainon, "Sans titre" 2013
Jacqueline Gainon, "Sans titre",
Jacqueline Gainon, "Rivière", 2019
Jacqueline Gainon, "Suzanne et les Vieillards" , 2021
Jacqueline Gainon, "Sans titre"
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Site internet : 

www.jacqueline-gainon.com

 

Impression d’ateliers : 

Impression d’ateliers – Jacqueline Gainon

Gregory Forstner

gregorybandw

Gregory Forstner est né à Douala au Cameroun, d’une mère française et d’un père autrichien. Il interrompt ses études secondaires et décide d’étudier à l’académie des arts appliqués de Vienne en Autriche, puis à la Villa Arson à Nice. Il travaille ensuite à Nice pendant plusieurs années.
En 2008, lauréat d’une bourse du ministère de la culture française pour une résidence d’un an à New York. Il s’y est installé avec sa famille.

 

La Fiancée du Collectionneur

Elle était grande, elle était blonde, c’était la fiancée du collectionneur. Je lui fais des hanches nourricières (en plus des fesses, j’aime les hanches des femmes), des épaules de nageuse (je suis nageur), les cheveux Jaune de Naples (je suis blond) et un casque colonial du bush Africain (je suis né au Cameroun). Autant peindre les filles qu’on aime baiser. Les stéréotypes ont la peau raide, leur surface est plaqué or. La fille désirable est donc blonde, pulpeuse, les seins pointent durs, ses lèvres sont rouges et brillent. La fumée me passe par les doigts. Je peins avec du sucre.

 

J’entretiens un lien direct avec mon enfance. J’y suis quand je veux. Quand je pense nuage, je l’imagine bleu. En peinture les montagnes sont toujours bleues. L’enfant sur la plage dessine le nuage bleu. Le ciel est bleu aussi et la mer en dessous est bleue pareillement mais plus profonde. Au milieu c’est « vide », c’est le blanc du papier qui ne demande rien. J’ai mis du temps à peindre des paysages. Je n’ai aucun problème avec le vent, la mer, l’herbe, les vaches, tout ça. Quand ils arrivent dans la peinture, ils sont là pour poser une scène. La Chute d’Icare est un bon exemple. Le sujet est passé sous l’eau, seul les pieds ridicules et les mollets ardents sont visibles en bas à droite. En attendant, chacun des détails du paysage permets le plongeon.

 

L’art est compensatoire. La peinture ne cherche pas à dire quelque chose. Il s’agit d’un moment. Il faut se pincer pour y croire ! Sans déconner, la peinture c’est rien d’autre que de se pincer pour y croire. Il y a l’Histoire et la petite histoire, mais en vérité, il s’agit toujours d’une sensation qui se dérobe pour se renouveler ailleurs et autrement. On se cache derrière les images des autres pour apparaître plus grand. Le reste c’est de la conversation. Il faut bien que d’autres s’amusent, seul, on n’existe pas. Ici, le ciel est bleu comme ses nuages, et dans le vent la Fiancée tire Le Collectionneur. L’objet de la figure est sa présence, son apparition est son effet. Ne cherchez pas ailleurs. L’enfant commence par dessiner ce qui lui paraît essentiel, les bras, les jambes, la tête, et il s’émerveille. J’ai grandi et je peins ce que j’aime : les seins, les yeux, les queues de billards, les trous du cul et les hanches, des scaphandriers et puis parfois des chiens – il faut toujours peindre les choses que l’on désire – ou alors les choses que l’on déteste.

 

Je préfère peindre de jolies filles. Il arrive que la peinture les peigne laides, mais moi, je les peins belles. La peinture décide parfois autrement parce qu’autour d’une fille, il se passe toujours quelque chose que l’on n’anticipe pas. Dans la vie, c’est pareil. Il faut que la nana se plaigne un peu pour que le tableau tourne, elle fait la moue, une grimace, et on craque. En cherchant l’air de l’hôtesse, on perce l’air du tableau dans son fond. En forçant les stéréotypes, le naturel explose. À force de faire le geste, il part tout seul.

 

 

Gregory Forstner

Né à Douala au Cameroun. Vit à New-York

 

 


 

 

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES

 

2014

Encore / Partie 2, Galerie Eva Hover, Paris, France

Epines d’Eden, Galerie Dubois Friedland

 

2013

La belle peinture 2, FRAC Réunion, Phoenix des Halles, Port St Louis, Mauritius
Entrée libre mais non obligatoire/Noël Dolla, Villa Arson, Nice, France
Pièces Montrées – Frac Alsace, 30 ans de collection, FRAC Alsace, Fondation Fernet-Branca, Saint-Louis, France
De leur Temps 4 : Nantes, Regards croisés de 100 collectionneurs sur la jeune création, Nantes, France

Fuck Sandy!, Galerie Zink, Berlin, Germany

 

 

2012

Works on paper, Otto Zoo, Milano, Italy

Study for An American Archetype, Messineo Art Projects / Wyman Contemporary, New York, USA

La Grande Bouffe ou Le Triomphe de Bacchus, Galerie Eva Hober, Paris, France

 

 

2011

Rain Dogs, Galerie Zink, Berlin, Germany

 

 

2010

Looking For Icarus, Galerie Zink, Munich, Germany Salon du dessin contemporain, Paris

 

 

2009

The Ship of Fools, Musée de Grenoble, Grenoble, France

 

 

2008

The Waiting Rooms, Galerie Zink, Munich, Germany

 

 

2007

Easyover, Galerie du MAMAC, Museum of Modern and Contemporary Art, Nice The Party, Galerie Michael Zink, Berlin, Allemagne

 

 

2006

Galerie Jocelyn Wolff, Paris
Galerie de l’UQAM, avec Gérald Panighi, commissaire Louise Déry, Montréal, Canada

 

 

2005

Pièce unique, Centre culturel français, Turin, Italie

 

 

2004

Galerie Jocelyn Wolff, Paris

 

 

2003

Galerie Jocelyn Wolff, Paris

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

 

2014

La Fabrique de la Peinture. Avec: Jeff Koons, Anne Neukamp, Marc Molk, Damien Cadio, Jules de Balincourt, Eva Nielsen,
Jake and Dinos Chapman, Hernan Bas, Chéri Samba, Thomas Lévy-Lasne, Ida Tursic et Wilfried Mille, Gregory Forstner, Glenn Brown, Amélie Bertrand.
E-Motion, collection Bernard Massini, Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence, France

Code Noir. 30 ans de shopping, FRAC Haute-Normandie, Rouen, France

 

 

2012

Carte Blanche, Lili-Ubel Gallery, Paris, France
La Maladie de Flaubert, Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine, Rouen, France Ventotto, Otto Zoo, Milano, Italy
What Only Paint Can Do, curated by Karen Wilkin, Triangle Arts Association, New York, USA La belle peinture est derrière nous, le lieu unique, Nantes, France
Collectionner aujourd’hui…, Collection Philippe Piguet, Centre d’art contemporain de Saint Restitut, France
Figure Libre, Collections du MAMAC, Galerie des Ponchettes, Nice, France

 

 

2011

Nullportrait, Galerie Zink, Berlin, Germany
Le Beau est toujours bizarre, FRAC Haute Normandie, Sotteville-lès-Rouen, France La belle peinture est derrière nous, Cagdas Merkesi, Ankara, Turkey
Des Paysages des Figures, Château de Saint-Ouen, France
Des limites de ma pensée, dubois friedland gallery, Brussels, Belgium

 

 

2010

La belle peinture est derrière nous, Sanat Limani, Istanbul, Turkey
Des paysage des figures, Dukan & Hourdequin, Marseilles, France
Aquisitions Recentes, Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, Nice, France
Antrepo #5, Istanbul
The Elizabeth Foundation for the Arts, New York
Drawing on paper, Galleri Se Konst, Falum, Sweden
Liaisons Dangereuses, Thomas Rehbein Galerie, Cologne
Hunting Trophy, Parker’s Box, New York
Sic Transit Gloria Mundi, Galerie Eva Hober, Paris
Collection 3, Fondation pour l’art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon, Alex, France

 

 

2009

Le Bizarre, l ́étrange et l ́incongru, Sélest’art Biennale, Sélestat Brussels Art Fair
NUN, Galleria Otto Zoo, Milan, Italie

 

 

2008

Stultifera Navis: The Ship of Fools, Porta Sant’Agostino, Bergame, Italie
From Brooklyn with love, Parker’s Box Gallery, Brooklyn, New York, Etats-Unis Chicago Art Fair

 

 

2007

Art Basel Miami, Galerie Wolff, Paris
Dialogues Méditerranéens, St Tropez, commissariat génerale Suzanne Van Hagen
Fait en France, National Art Gallery de Sofia/Musée national des Beaux-Arts de Lettonie, Riga Peinture(s), Génération 70, Fondation Salomon
De leur temps II, Musée de Grenoble

2006

Timesharing, Galerie Jocelyn Wolff, Paris
Villa Holiday Warsaw, Pologne-Galerie Jocelyn Wolff, Paris
Everything is wrong, Kunsthalle Palazzo, Liestal, Suisse
Nos amours de vacances, CIAC, Carros
PROFILS 15 ans de création artistique en France, Péra Museum, Istanbul,Turquie, Benaki Museum, Athènes, Grèce
Galerie Jocelyn Wolff, Paris
Tennewpaintings, Parker’s Box, New York, Etats-Unis

 

 

2005

Etats de Peinture, commissaire Philippe Piguet, Maison des Arts, Malakoff
Galerie S.E, Bergen, Norvège
La Réserve, avec Julien Bouillon, Marc Chevalier, Gregory Forstner, Karim Ghelloussi, Sandra D. Lecoq, Gérald Panighi, Ingrid Maria Sinibaldi, sur une proposition de Catherine Macchi, Galerie des Ponchettes, Nice

 

 

2004

Association KUB/Galerie Soardi, avec Denis Castellas et Valérie Favre, Nice
Body Bilder, commissaire Cédric Teisseire, avec ALaPlage, Caroline Boucher, Jean-Robert Cuttaïa, Brice Dellsperger, Natacha Lesueur, Ingrid Maria Sinibaldi et Jean-luc Verna, Kunsthalle Palazzo, Liestal, Suisse
Décomplexés, avec Norbert Bisky, Steven Black, Galerie Jocelyn Wolff, Paris

 

 

2003

Lee 3 Tau Ceti Central Armory Show, Centre d’Art Villa Arson, Nice

 

 

2001

Faculté de Lettres, Nice

 

 

1999

Association KUB/Galerie Grégoire Gardette, avec Ali Mahdavi, Marie Doria, Alain Pontarelli, Yannick Vernet, Nice
Exposition 109, Sophia Antipolis

 

AIDES, PRIX ET RÉSIDENCES

 

2009-08
Résidence, Triangle, New York, Etats-Unis

 

2006
Résidence et Workshop, Triangle, New York, Etats-Unis

 

 

2003
Prix Matisse, France
Résidence à Berlin, Villa Arson (réseau Age d’Or ) 2003-02

 

 

1994
Premier prix Festival Jeune Talent, Cagnes-sur-Mer (président du jury Jacques Lepage)

 

INTERVENTIONS ET FOIRES

 

2014
Gregory Forstner – De La haute Mer au midi Brûlant, 31 Octobre Conférence et Workshop à L’école d’art d’Angers, le 6 et 7 Novembre. Conférence et Workshop à L’école d’art de Toulon du 17 au 21 Novembre.

Des Pas dans L’Escalier – FRAC Basse-Normandie (11 Octobre – 23 Novembre) Oeuvre exposé : Coming back Home – Tea for Two (acquisition FRAC BN).

Slick Art Fair – Galerie Dubois friedland – Bruxelles, Vernissage le 21 Octobre-26 Octobre

COLLECTIONS PUBLIQUES ET PRIVÉES

 

Musée de la Ville De Paris (ARC), Paris, France
Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain,(MAMAC) Nice, France Musée de Grenoble, Grenoble, France
Fond National d’Art Contemporain (FNAC), Paris, France
Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC), Alsace, France
Fond Regional D’Art Contemporain, Haute Normandie, France
Fond Regional D’Art Contemporain Basse-Normandie, France Sammlung Goetz, Munich, Germany
Fondation Bernard Massini, Nice, France
Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon, Alex, France
Fondation SACEM, France
Richard Massey Foundation, New York

Présence dans des collections privées

 

BIBLIOGRAPHIE CATALOGUES INDIVIDUELS

 

2014
Mon Héros aux Éditions Derrière la Salle de Bains dans le Journal Behind – 2014
La Fiancée du Collectionneur – (à l’occasion de l’exposition à la galerie Eva Vautier à Nice) aux Éditions Derrière la Salle de Bains – 2014

 

2011
Rain Dogs, Galerie Zink, 2011, essay by Jeanette Zwingenberger. Published by Galerie Zink, Berlin

 

2009
The Ship Of Fools, textes Guy Tosatto, Ludwig Seyfart, Eckhardt Momber, Gregory Forstner, édition Musée de Grenoble, Galerie Zink/Verlag Für Moderne Kunst, 2009

 

2007
Grégory Forstner / Easyover, textes de Gilbert Perlein, Joseph Mouton, Stéphanie Katz,édition du Mamac, Nice, 96 p, français/anglais/allemand, 2007

 

2006
Gregory Forstner – Dit is de Minj, catalogue de l’exposition à la Galerie de l’UQAM, Montréal, texte de Louise Déry, éditions Revolver verlag, Francfort / Main, 80p., français/anglais/allemand, octobre 2006

 

CATALOGUES COLLECTIFS

 

2013
E-Motion / Collection Bernard Massini, Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence, 2013
De Leur Temps 4, Hangar à Bananes, Nantes, 2013
«Pièces Montrées» 30 ans de collections, FRAC Alsace et Fondation Fernet Branca, Saint Louis, 2013
Fetishism in Fashion, by Lidewij Edelkoort, édition FRAME, 2013
La Belle Peinture, Bratislava, Institut Français, Galerie Eva Hober, 2013

 

 

2012
Laugh and Cry, édition Earnest and Algernon, 2012

 

 

2011
La belle peinture est derrière nous, Samat Limani, Istanbul, L’institut Français de Turquie & Galerie Eva Hober, 2011

Galerie Eva vautier

 

 

2010
Sic Transit Gloria Mundi, textes Richard Leydier and the artists, Galerie Eva Hober, 2010 Salon Du Dessin Contemporain, Galerie Zink, Paris, France, 2010
Collection 3, Fondation Salomon, Alex France, textes Anne Malherbe et Jean-Marc Salomon, 2010

 

 

2007
Art Basel Miami, 2007
Fait en France, National Art Gallery de Sofia/ Musée National des Beaux-Arts de Lettonie, Riga, Lithuania, 2007
Peinture(s) génération 70, Fondation pour l’art contemporain Jean-Marc et Claudine Salomon, texte de Philippe Piguet et Anne Malherbe, édition de la Fondation Salomon, 110 pages, 2007 Notre temps II, textes Philippe Piguet, Guy Tosatto, édition du Musée de Grenoble
Dialogues Méditérranéens, Suzanne van Hagen, édition Beaux-arts éditions, 66 pages, 2007

 

 

2006
PROFILS 15 ans de création artistique en France, édition du Musée de Péra stanbul, mai 2006

Nos amours de vacances, édition du CIAC de Carros, juillet 2006

 

 

2005
La réserve, texte de Catherine Macchi, Ville de Nice, Direction Centrale des Affaires Culturelles – Galerie des ponchettes, 2005

 

 

2004
Association KUB/Galerie Grégoire Gardette, avec Ali Mahdavi, Marie Doria, Alain Pontarelli, Yannick Vernet, Nice, 2004

 

 

2003
Lee 3 Tau Ceti Central Armory Show, édition Villa Arson, Nice, 2003

Flowers for the Bold, 250x200 cm, 2019, huile sur toile - copie
Gregory Forstner
Gregory Forstner
Gregory Forstner n° 7924 [Sans titre] 2020 Dessin fusain sur papier 70 x 50 cm
Gregory Forstner
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Site personnel :

http://gregoryforstner.com/gregoryforstner/

 

Documents d’artistes :

http://www.documentsdartistes.org/artistes/forstner/repro.html

 

 

Aux Éditions derrière la salle de bains :

Ma Poupée
La Fiancée du Collectionneur (Avec la Galerie Eva Vautier, Nice)
Mon Héros (dans le journal Behind Automne 2014)
http://leseditionsderrierelasalledebains.bigcartel.com/products?search=gregory+forstner

 

 

Aux Éditions Wildproject:

Plein la Vue – par Marc Molk
http://www.wildproject.org/plein-la-vue

Pauline Brun

Pauline Brun

 

Pauline Brun commence sa formation en danse classique et contemporaine au Conservatoire Régional de Nice avant d’entrer à l’École Supérieure d’Arts Plastiques, la Villa Arson, puis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris où elle développe un travail de sculpture, installation et vidéo. C’est depuis sa recherche plastique qu’elle se redirige vers la danse et la performance et intègre la formation ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier. Là, elle expérimente l’espace scénique, développe un travail chorégraphique et entame différentes collaborations sur des questions dramaturgiques et scènographiques. Invitée pour l’exposition Museum On/Off au Centre Georges Pompidou en 2016, elle écrit la performance GRAND BAIN pour l’espace de la collection permanente. Pour la Nuit Européenne des Musées au MAC VAL, elle présente la performance ÉTALON PAR DÉFAUT. Elle participe également à des expositions collectives avec des installations et vidéos. Par ailleurs, elle est interprète, accompagne à la mise en scène ou conçoit des espaces pour les chorégraphes Fanny De Chaillé, Paula Pi, Pauline Simon, Ingrid Berger Myhre et Gaetan Bulourde.

 

 

 

En Suspens

 

Pour aborder le travail de Pauline Brun, il faudrait tout de suite commencer par isoler deux espaces : celui physique, géographique ou architectural, celui qui délimite finalement, et celui plus métaphysique, de la création, de la logique même de l’oeuvre en devenir. Ces deux espaces possèdent des paramètres qui leurs sont propres. Possèdent leurs règles et lois et permettent à l’artiste de venir opérer dans un cadre qui impose donc ses limites, les contextes qui le régissent. Le travail de Pauline Brun est donc une tentative pour venir appliquer dans le cadre de ces limites, une succession d’opérations, de gestes qui viendront repousser ces frontières et ce faisant, venir les effacer pour créer un troisième espace qui est celui de l’oeuvre.

Espace qui saura tous les réunir pour saisir, en un mouvement, ces vibrations et frottements d’éléments qui semblaient au départ pourtant isolés, mais qui soudainement, et ensemble, font sens. Si l’on isole dès le départ deux espaces, peut être pouvons nous évoquer également deux gestes qui leur sont propre : le retournement, et l’injection de procédés narratifs. Les oeuvres de Pauline Brun sont pensées pour des espaces. Il s’agira toujours d’un travail qui viendra faire écho au lieu supposé l’abriter. Ainsi l’enjeu du travail est d’utiliser les contraintes du lieu pour en opérer un bouleversement que j’appelle ici retournement. Ici, une planche de bois se transforme en surface suspendue, nécessité de la forme par l’action de la peinture qui lui impose son poids et ces propriétés physiques pour un temps de séchage. Là les murs ou cloisons servent de matière première à l’élaboration d’une sculpture dont on ne saurait d’ailleurs pas dire s’il s’agit d’une sculpture ou du socle attendant son oeuvre. Il semble que le mur lui-même se soit mis en marche et en mouvement et que, dans un grand effort, il soit parvenu à repousser la matière qui l’encerclait et le constituait, s’extrayant ainsi de sa condition. L’espace lui même, prit dans ses contraintes physiques, est ainsi traité comme un matériau que l’artiste vient sculpter à sa guise, le tirant, le tordant, le repoussant à l’extrême. Isoler ces éléments, les sortir de leur contexte initial et les retourner pour en faire ce qu’ils ne sont pas, c’est donc poser la question de ce qu’ils sont. C’est en posant cette question que les jeux narratifs commencent. L’artiste volontairement laisse sa trace dans la manipulation de ces espaces, et joue de celle-ci. Brouillant les pistes, en créant de fausses, en effaçant certaines, accentuant par moment le trait. Isoler la matière constitutive de l’espace et la traiter comme un objet, c’est lui donner un corps. Les oeuvres et l’espace portent ainsi les traces de leur propre histoire dont on ne saurait jamais dire si elles participent d’une fiction ou documentent la réalisation même du travail plastique. Un corps portant les stigmates d’un jeu ou d’un affrontement entre lui et l’artiste. Se déploie ainsi tout un vocabulaire poétique et imagé qui fait raisonner les corps entre eux, les matériaux et les formes. La découpe de la cloison laisse apercevoir le mur qui la soutient, stratifiant ainsi l’architecture du White Cube pour mieux en révéler sa double appartenance, en temps qu’espace, à l’univers tant théorique qu’architectural. Le renvoyant dans le même geste à sa condition d’objet historique, celui que l’on peut donc raconter.

 

Et si l’artiste laisse des traces, des preuves de son passage, c’est que le travail de Pauline Brun n’est finalement rien d’autre que la pratique de ces espaces. C’est par l’expérience de la manipulation de ces différents objets que le travail apparait. C’est parce que la cloison du mur est devenu sculpture, que l’espace peut être lu dans sa dimension poétique, révélant l’histoire dont il est porteur, histoire qui n’aurait pas su se dévoiler si le geste de l’artiste ne l’avait pas découverte. C’est donc bien un socle que l’on observe, celui là même qui soutient la pratique et l’expérience qui, ainsi, réunis en un geste font oeuvre. C’est au final par le corps, et par le corps de l’artiste si souvent mis en scène ou mis en jeu dans son travail (et l’on fait soudainement le lien entre cette surface rouge prit dans son temps de relâche et le costume que l’artiste arbore dans certaines de ses vidéos, travail qui n’est pas présenté ici et qui permet donc ce laps de temps nécessaire au nettoyage et au séchage du costume), que Pauline Brun dévoile les espaces dans lesquels son travail prend forme. Et c’est par l’expérience de ces espaces qu’elle parvient à créer celui dans lequel l’oeuvre d’art se déploie.

Arthur Eskenazi

Vit et travaille à Paris

 

 


 

 

EXPOSITIONS

 

 

2018

Caméra Caméra / Galerie Eva Vautier, Hôtel Windsor, Nice

Avis de grand frais / Exposition collective / Cannes

Éclairage Public 2 / Performance / La Station, Nice

Warm up / Exposition collective / Bruxelles

Pink Room / Atelier Estienne, Pont-Scorff

 

 

2017

MOVIMENTA / Galerie Éva Vautier, Nice

Blaise Start / Performance de restitution de workshop / Ping Pong Théorie / Centre Geogres Pompidou, Paris

Blaise Start / Performance de restitution de workshop / MAC VAL, Vitry-sur-Seine

Nuit Européenne des Musées / Performance / MAC VAL, Vitry-sur-Seine

Salon de Montrouge / Exposition collective / Montrouge, Paris

 

 

2016

Par le courant d’un fleuve submergé / Exposition collective / Grotte du Dard, Baumes les Messieurs

GRAND BAIN / Exposition Museum ON/OFF / Centre Georges Pompidou, Paris

 

 

2015 

OVNI / Exposition collective / Hôtel Windsor (par la Galerie Eva Vautier), Nice

Tribu / Exposition collective / Galerie Eva Vautier, Nice

Hypothèse / Exposition CRATCH / 116, Montreuil

À une année lumière / Exposition collective / Galerie Eva Vautier, Nice

Toujours sans titre #radiophonique / Festival Tropisme / La Panacée, Montpellier

 

 

2014 

R.A.S. / Exposition collective / Galerie ABC, Dijon

Feldstärke International / Kyoto Art Center, Kyoto (Japon)

En suspens / Exposition collective / Galerie Eva Vautier, Nice

In fieri / Exposition collective / Dole

Feldstärke International / Exposition collective / Monte Vidéo, Marseille

Fenêtre indiscret Janela do pàtio / Collaboration avec Bruno Freire / La Panacée, Montpellier

10 ans / Exposition collective / Galerie Espace à Vendre, Nice

 

 

2013

En déséquilibre / Monographie / Galerie 360m3 / Biennale Off, Lyon

Aux demeurants / Exposition collective / Château de Neublans-Abergement, Neublans

Objet #3 / Collaboration avec Arthur Eskenazi et le Collectif d2 / Point Éphémère, Paris

 

2012

(72h/85 m2) / Exposition collective / Galerie Schirman et de Beaucé, Paris  

Groom / Exposition collective / Parcours Saint-Germain, Hôtel Lutetia, Paris  

 

2011

Bandits-mages / Exposition collective / Bourges

Le grand écart / Exposition collective / Galerie Espace à Vendre, Nice

Festival Video Art / Exposition collective / Athènes (Grèce)

Biennale Wro Art Center / Exposition collective / Wroclaw (Pologne)

 

 

PERFORMANCES SCÉNIQUES

 

 

Scruffy Shot / Festival C-TAKT#2 / C-Mine, Genk / 2018 

And we are not at the same place / Athens and Epidaurus Festival, Athens / 2016 

Avant-propos / ICI-CCN, Montpellier / 2015 

Toujours sans titre / ICI-CCN, Montpellier / 2015 

Encore sans titre / ICI-CCN, Montpellier / 2015 

Note déplacée / ICI-CCN, Montpellier / 2014 

Interlude spectaculaire / ICI-CCN, Montpellier / 2014

 

 

SCÉNOGRAPHIES

 

 

Störlaut / Jule Flierl / Charleroi Danse, Bruxuelles / Les Rencontres Chroégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis, Paris / Schaubühne Lindenfels, Leipzig / Sophiensaele, Berlin / MUMOK, Impultanze, Vienne / 2018 

Dans la profondeur de champ / Gaëtan Bulourde / France / 2017 – 2018 

Supplies / Ingrid Berger Myhre / Black Boxe Theater, Oslo / 2016 

Hecce (H)omo / Paula Pi / CN D Pantin / 2016 

Postérieurs / Pauline Simon / Ménagerie de Verre, Paris / 2016 

Das ist / Paula Pi / Théâtre de poche, Hédé / 2015

 

 

INTERPRÈTE

Réciter Les Langues / Lynda Rahal et Célia Gondol / Palais de Tokyo, Paris / 2017 

Dans la profondeur du champ / Gaëtan Bulourde / France / 2017-2018 

Mauvais Genre / Alain Buffard / CN D Pantin, Théâtre de Nîmes / 2017 

À la recherche du _ / Bruno Freire / ICI-CCN, Montpellier / 2015-2016 

Passage à l’acte / Fanny De Chaillé & Philippe Ramette / France & USA / 2011-2016

 

 

RÉSIDENCES

La Station, Nice / 2018 

TAKT-Dommelhof, Neerpelt / 2018 

CN D, Pantin / 2017-2018 

workspacebrussels, Bruxelles / 2016-2017 

Cité Internationale des Arts, Paris / 2015-2017 

Honolulu, Nantes / 2015 

Théâtre de poche, Hédé / Collaboration avec Paula Pi / 2015 

Villa Arson, Nice / Collaboration avec Diane Audema & Diane Blondeau / 2014 

Villa Arson, Nice / Partenariat avec ICI-CCN Montpellier / 2013

 

 

WORKSHOPS

CN D, Pantin / 2018 

MAC VAL , Vitry-sur-Seine / 2016 – 2017 

Centre Georges Pompidou / Studio 13-16, Paris / 2017

Pauline Brun n° 5377 [Dessin préparatoire à pièce de...] 2014 Série de dessins,Papiers, graphite, découpe, collage 50 x 65 cm

Pauline Brun, Dessin préparatoire à pièce de coupe, 2014, 50 x 65 cm
Série de dessins, Papiers, graphite, découpe, collage

Pauline Brun n° 5658 [Under Control] 2015 Plaque de pltre, pltre, colorants.Non signé et non daté 90 x 120 x 90 cm ©Artiste

Pauline Brun, Under Control, 2015, 90 x 120 x 90 cm, Plaque de plâtre, plâtre, colorants

En suspens
Exposition du 13 mai au 14 juin 2014

Pauline Brun, Alice Guittard, Charlotte Pringuey-Cessac, Agnès Vitani

 

 

 

Pauline Brun, Alice Guittard

Exposition En Suspens à la Galerie Eva vautier

Site personnel :

http://paulinebrun.com/

Joseph Dadoune

 

Le Musée Noir

Ultimate photograhy

 

 Joseph Dadoune s’est fait connaître en Occident et au Moyen-Orient au début des années 2000 grâce à des installations vidéo remarquables et une œuvre photographique originale. A l’occasion d’une exposition personnelle (Khamsin Photography, 2007) au Böhm Trade Center de Düsseldorf, il déclarait : « J’ai aujourd’hui tendance à penser que l’image filmée est la sémantique la plus appropriée, et que le cinéma permet de parler d’un sujet en en concentrant les multiples aspects […] L’installation, par son format (montage, scènes vécues, dispositif) pose aussi la question de comment poser une caméra face à ces choses vécues tout en mettant à distance le pathos ou le sentimentalisme. Si mon propos est de partir de documents, je ne souhaite pas réaliser un travail documentaire. […] Je ne cherche pas à créer une fiction à partir d’une réalité. Je cherche plutôt à ouvrir des portes pour rendre des connexions possibles. »

 

L’œuvre de Joseph Dadoune n’a cessé d’interroger le judaïsme, le post-colonialisme, la périphérie et l’homosexualité. Ses films et ses photographies éclairent ces violences symboliques archi-contemporaines.

 

Pour tout créateur – ayant un tant soit peu le sens de l’Histoire – une question se pose perpétuellement : quelle pierre ajouter ? Pour Dadoune, ce serait plutôt : quelle image ajouter aux images déjà-là ? Alain Badiou aurait parlé de nouvelles fictions.

 

Tel Ad Reinhardt, Joseph Dadoune a décidé d’enterrer l’image, sans pour autant faire table rase de la figure, du signe. Reinhardt aimait envisager ses Black Paintings comme  « une icône libre, in-manipulable, inutile, invendable, irréductible, in-photographiable, in-reproductible, inexplicable. » Les Black Boxes de Joseph Dadoune s’inscrivent à leur manière dans la logique moderniste des Ultimate Paintings de Reinhardt. Ces œuvres, aussi sèches, hermétiques et fermées soient-elles – pour reprendre les termes de l’artiste – font pourtant écho à des réalités bien tangibles. Counter Composition V (2011) évoque autant une vulve que l’œuvre éponyme de Theo van Doesburg (1924), ce qui lui a valu d’être présentée par la Galerie Le Minotaure  en octobre dernier à la Fiac, aux côtés des œuvres de Hans Bellmer, Marcel Duchamp, Louise Bourgeois, Man Ray ou encore Pierre Molinier. L’histoire contemporaine n’étant jamais très loin, Black Tunnel (2013) symbolise une des galeries souterraines construites par les Palestiniens afin d’acheminer des vivres entre Gaza et l’Egypte. Palm Box renverse l’imagerie d’Épinal fifties des lieux de villégiature. Quant à Black Museum (2011) face à laquelle, un chantre de l’esthétique relationnelle pourrait fantasmer de multiples fictions collectives, nous préfèrerons prendre le temps de nous interroger sur les vies à venir du White Cube. Qu’y a-t-il derrière le White Cube ? Quelle violence symbolique ? Quelle idéologie ? Quelle utopie scelle le Black Museum ? Les essais de Brian O’Doherty apparaissent alors d’une actualité brûlante et nécessaires (voir « Inside the White Cube: The Ideology of the Gallery Space » in Artforum, 1976).

 

Ces photographies conçues dans un atelier aux fenêtres sans huisseries, ni volet – comme des yeux sans paupières – ouvert sur le dehors, en lien permanent avec la rue, les voisins, les passants, la vie, renvoient nécessairement à une extériorité, à un Autre. Chaque photographie tente de répondre aux questions qui traversent cet ensemble : que se passe-t-il au-delà de l’image ? Derrière l’image ? Derrière la boîte noire ?

 

Tout comme l’atelier de l’artiste, ces photographies ne sont pas des œuvres fermées, bien au contraire, elles n’imposent ni point de vue autoritaire, ni doxa. Ce sont des œuvres ouvertes au sens où l’entendait Umberto Eco.

 

Elodie Antoine ,2014

YOSEF JOSEPH DADOUNE

Né en 1975 à Nice. Vit et travaille à Paris

Site personnel : www.josephdadoune.net

 


 

Expositions personnelles ( Selection ) :

 

2020 Perspective. On arty minute, exposition en ligne durant la crise sanitaire. Paris. Fr        (commissariat: Doron Von Beider)

2018 : Family Album. curators: Leor Grady, Orit Mor, Barbara Wolffer, The Lobby, Tel Aviv

2018 : Yosef Joseph Dadoune, Des Racines. Texte: Raphaël Sigal. Galerie Éva vautier, Nice

2017 : Sillons. curator : Isabelle Bourgeois, Espace Richaud, Versailles

2016 : In praise of the Sequence. curators: Leor Grady, Orit Mor, The Lobby Art Space, Tel Aviv

2016 : << Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes>>, curator : Isabelle Bourgeois, Beit Uri and Rami Nehostan Museum, Kibbutz Ashdod Yaakov Meuhad, Israel

2015 : Border Notes, Yosef Joseph Dadoune and Eyal Assulin, curator : Ziva Yalin, Be’eri gallery, Kibbutz Be’eri, Israel

2015 : Joseph Dadoune, curator : Isabelle Bourgeois, artiste invité PAREIDOLIE, Salon international du dessin contemporain, Marseille

2014 : Le Kiosque Noir, Espace d’art le Moulin, La Valette, France

2014 : Le Musee Noir, Galerie Eva Vautier, Nice, France

2012 : Ofakim, (Curator : Eyal Assulin), Sapir College’s School of Art, Sderot, Israel

2012 : Ofakim, (Curator : Drorit Gur Arie), La Bulle, French Institute, Tel-Aviv, Israel

2012 : Ofaqim, (Curator : Drorit Gur Arie) Petach Tikva Museum, Petach Tikva, Israël

2008 : 3 films by Joseph Dadoune (Premier-monographie), Tel Aviv Cinematheque, Tel Aviv, Israel

2007 : Joseph Dadoune A Cinematic Trilogy, (monographie) (Curator : Drorit Gur Arie) Petach Tikva Museum, Petach Tikva, Israël

2007 : Purifying Love, curator : Dr Sania Papa, Track7artsLaboratorium, Athènes, Grèce

2007 : Project Room #1 : « Universes », Galerie Martine Aboucaya, Paris, France

2006: Milk Teeth, Janco Dada Museum, Ein Hod, Israel

2006: Chanti, Espace expérimental, Le Plateau Contemporary Art Center / FRAC Ile de France, Paris, France

2005: images from the movie Universes, EspaceCulture, in association with the 6th Israeli film festival, Marseille, France

2004: Universes, Joël Scholtès Gallery, Nice, France

2004: Universes, Alon Segev Gallery, Tel-Aviv, Israel

2004: Universes, the artists’ house, Jerusalem, Israel

2002: Limited Club, Joël Scholtès Gallery, Nice, France.

2001: The Cold Room, French Institute, Tel-Aviv, Israel

2001: Bienvenue au Club, Alon Segev Gallery, Tel-Aviv, Israel

2001: La Viande Autrement / L’autre Substance – Mode d’emploi… Passage de Retz, Paris, France

2000: Le Cabinet / Temple, Eric Dupont Gallery, Paris, France

1999: Prophylaxie Production, Galerie du Tableau, Marseille, France

1999: Le Réduit, observation / concentration – The Organ, emission / reception, Espace d’art Contemporain Le Faubourg,   Strasbourg, France

1996: Les Valises Itinérantes, Le Chanjour Gallery, Nice, France

 

 

Expositions de groupe ( Selection ) :

 

2020: ‘Transmission’. APT, London, UK (commissariat Drorit Gur Arie)

2020 : Outside Box 2. Old Jaffa, Jaffa, Il (commissariat: Liav Mizrahi & Yael Rozin)

2020 :  1 metre de distance, galerie Éva Vautier, Nice, FR

2020 : Constelaciones. MUNTREF, El Museo de la Universidad Nacional de Tres de Febrero Buenos Aires, AR ( commissariat: Diana Wechsler & Benedetta Casini)

2020 :  Vividus. Petach Tikva Museum of Art, IL (commissariat: Bar Yerushalmi)

2019 : Avec plaisir #2. Galerie Éva Vautier, Nice, FR

2019 : Naked Soul: Chaïm Soutine. Ein Harod museum, Kibbutz Ein Harold, IL (commissariat: Yaniv Shapira, Surya Sadekova, Batsheva Goldman-Ida)

2019 : Hshuma. Museum and Center of Contemporary Art, Bellinzona, CH (commissariat Sharon Toval)

2019 : Teder print fair, Teder, Tel Aviv, IL (commissariat: Michael Liani)

2019 : Family trees, FRAC Normandie Rouen, The botanical garden fo Rouen,  FR Rouen, FR (curator Véronique Souben)

2019 : Révélation. Galerie ANNE+, Paris, FR

2019 : Jacqueline Kahanoff: The Levant as a Parable. MUSA museum, Tel aviv, IL (commissariat: Sara Turel)

2018 : THE LAND OF PROMISE. curator: Tamás Don. MODEM Modern and Contemporary Arts Centre, Debrecen, Hongrie

2018 : Make Up, curators: Drorit Gur Arie & Tal Schwartz, Labirynt Galerie, Lublin, Pologne

2018 : FROTTEMENT, 10è édition des Arts Éphémères, curated by: Isabelle Bourgeois & Martine Robin, Parc et Salons de Maison Blanche, Marseille

2018 : TO THE END OF LAND, curated by: Drorit Gur Arie & Or Tshuva. National Gallery of Modern Art New Delhi, Indes

2018 : RÉSONANCE, FRAC Normandie Rouen, Musée des Beaux-Arts de Rouen, Rouen, France

2017 : Blues prints II, models, curator: Orit Mor. The Lobby art space, Tel Aviv

2017 : Inconfort moderne, curator : Annie Aguettaz / Imagespassages, La Fabric, Fondation Salomon, Annecy, France

2017 : Je T’aime Ronit Elkabetz, curator: Yaara Keydar. Directeur artistique: Shlomi Elkabetz, Design museum, Holon, Israel

2017 : To and Fro, curator: Dr. Batsheva Goldman-Ida. The Jerusalem Biennale, Van Leer Jerusalem Institute, Jerusalem

2017 : Materials for Thought Selection from the Museum Collection. Curators: Dalia Manor & Nirit Dahan. Negev Museum, Beer Sheva, Israel

2016 : D’UNE MEDITERRANEE, L’AUTRE, commissaires italiens : Francesco Bonami & Emanuela Mazzonis, commissaires français : Pascal Neveux & Ricardo Vazquez, Hôtel des Arts, Toulon

2016 : À L’HEURE DU DESSIN 4e TEMPS, curator: Martine Robin. Chateau de Serviers, Marseille

2016 : FUNDAMENTAL, curated by: Drorit Gur Arie. 5e Mediations Biennale. Poznań, Pologne

2016: Post- postmodernism ≠ Utopia, « Extremely Loud and Incredibly Close ». Curators: Svetlana Reingold. Haifa Museum of Art, Haifa, Israel

2016 : Alchemy of Words: Abraham Abulafia, Dada, Lettrism, curated by: Bat Sheva Ida Goldman. Tel Aviv museum of Art, Tel Aviv

2016 : STRATA, curator: Drorit Gur Arie. CIRCLE1 Gallery, Berlin

2016 : Alt- Neu, curator: Nogah Davidson. Rosenbach Contemporary gallery, Jerusalem

2015 : Imago Mundi – Mappa dell’arte nuova. Luciano Benetton Collection, curator: Naomi Aviv. Fondazione Giorgio Cini, Venise

2015 : Bibliologia: The Book as Body, curators: Drorit Gur Arie & Raphael Sigal. Petach Tikva Museum, Petach Tikva, Israël

2015 : ‘Stains And Stampings’, Mizrahi and Palestinian Identity in Visual Art in Israel, curated by: Shula Keshet and Farid Abu-Shakr. Sister Gallery, Tel-Aviv, and at Art Gallery, Latin Quarter, Nazareth

2015 : « Expressions méditerranéennes. De la poésie à l’engagement », Hôtel des Arts, Toulon, France

2015 : Recurrence: Rituals, Place, and History, ( Curator : Drorit Gur Arie ) The Nicosia Municipal Arts Centre & the Pierides Foundation, Nicosia, Syprus

2015 : A une année lumière, Galerie Eva Vautier, Nice, France

2015 : Border Notes, Eyal Assulin and Yosef Joseph Dadoune, ( Curator : Ziva Yalin ) Be’eri gallery, Kibbutz Be’eri, Israel

2014 : Inhabiting the World, ( Curator : Olivier Kaeppelin ), Busan Biennale 2014, Busan, Korea ( Republic of )

2014 : Projecting Art – Curator : Sophia Dekel-Caspi, Ilana Goor Museum, Jaffa, Israel ‎

2014 : Mazal U’braha, Myth and Superstition in Contemporary Israeli Art, ( Curator : Carmit Blumensohn ), Beit Hatfutsot, Tel Aviv, Israel

2014 : Ruins, ( Curator : Nitsa Peri ), City Lights, Aneba Parc, Modiin, Israel

2014 : LES DÉSASTRES DE LA GUERRE, 1800-2014, ( Curator : Laurence Bertrand Dorleac ) Louvre Museum, Lens, France

2014 : Until you get out of my voice, ( Curated by : Yuval Beaton & Roni Cohen-Binyamini ), Ashdod Art Museum, israel

2014 : « Confluence: Israel », ( Curator : Shosh Dagan ), Art Center Sarasota, USA

2014 : Measure for Measure, ( Curators: Drorit Gur Arie & Hila Cohen-Schneiderman ), Petach Tikva Museum, Petach Tikva, Israël

2014 : Confrontation » ( Curator : Marie Shek ), Galerie Le Minotaure & Galerie Alain Le Gaillard, Paris, France

2013 : Expo-étagères « 21/12 », ( By : Audrey Illouz, Nathalie Brevet & Hughes Rochette ) La Ruche, Paris, France

2013 : No Place ( Curator: Jonathan Touitou ) BAAD Reservoir Gallery, Bezalel Academy of Arts and Design, Tel Aviv, Isarel

2013 : « Paris – Tel-aviv, a history of black & white », ( Curator : Marie Shek ), The Salon Art+Design, New York, USA

2013 : SEXE, HUMOUR & ABSTRACTION – Texte : Bernard Marcadé Scénographie : Mathieu Mercier, GALERIE LE MINAUTORE, FIAC 2013, Paris

2013 : Honey, I rearranged the Collection – Philippe Cohen Collection ( Curator : Ami Barak ) Passage de Retz, Paris

2013 : CroSSing SpaCe „Hotel de inmigrantes“, Kunsthalle Faust, Hannover, Germany

2013 : SCHWereloS, ( co-curated by Drorit Gur Arie & harro Schmidt ), Kunsthalle Faust, Hannover, Germany

2013 : The Compromised Land: Recent Photography and Video from Israel, ( co-curated by Helaine Posner, guest curator Lilly Wei ), Neuberger Museum of Art, NYC, USA

2013 : Black Point, ( Curators Shula Keshet & Yoram Blumenkrantz ), Black Night event, Achoti (Sister) house, Tel Aviv

2013 : Rise Be’er, MA curators program ( Stav Bar On & Stav Tehodor ) Ben Gourion University, Habeer, art and Visual media center, Beer Sheva, Israel

2013 : MOMENTUM Paris – Tel Aviv – Paris, ( Curator Marie Shek ), Galerie Minotaure, Tel Aviv, Israel

2013 : En Route, ( Curator : November Wanderin ), Gallery Ermanno Tedeschi, Tel Aviv, Israel

2013 : The Appearance of Images ( Curator: Audrey Illouz ) , Fondation Ricard, Paris, France

2013 : Lyrical Correctness ( Curator : Micha Kirshner ) Wizo Haifa Academy of Design and Education, Haifa, Israel

2012 : Great Wide Open: New and Old in the Collection, ( Curator: Amitai Mendelsohn ), The Israel Museum, Jerusalem, Israel

2012 : The Unknown, (Curator : Drorit Gur Arie), Mediations Biennale, Poznan, Pologne

2012 : Frontières/Territoires, ( Curator : Maud Calmé et Luc Texier ), ArtCourtVideo, Palais de l’Achevêché, Arles, France

2012 : Black Box, ( Curator : Rami Maymon ), #2 International Photography Festival, Jaffa Port, Israel

2012 : Tectonic Faults, ( Curator : Drorit Gur Arie ), Beit Mani (Mani House), Tel Aviv, Israel

2012 : Terra Mediterranea – In Crisis, ( curated by Yiannis Toumazis ) the Nicosia Municipal Arts Centre, Nicosia, Syprus

2012 : In memory of Boaz Tal ( Curator : Dr Sorin Heller ), The artists’ house, Tel Aviv, Israel

2012 : ICI/PARIS – Curator Marie Shek, Galerie Michel Rein, Paris, France

2012 : Le désir de Paris, ( Curator : Svetlana Reingold ), Musée Mané Katz – Haïfa, Israel

2012 : Baad Influence, BAAD Reservoir Gallery, Bezalel Academy of Arts and Design, Tel Aviv, Isarel

2012 : The Armory Show, Vivian Horan Gallery, NYC, USA

2012 : Works on paper, Vivian Horan Gallery, NYC, USA

2012 : “Israel From Within and from Without”, ( Curators : Rinat Harel, Holland Dieringer, and Stuart Steck ) Good Question Gallery, New Jersey, USA

2011 : inSALAAM inSHALLOM ( Curator : Ayelet Bitan Shlonsky & Claudette Zorea ), Beit H’air – Urban Culture Museum, Tel Aviv, Israel

2011 : Site Specific ( Curator : Carmit Blumensohn ) The Open University Department of Literature, Language and the Arts, Raanana, Israel

2011 : lyrical correctness ( Curator : Katharina Mayer ), August-Pieper-Haus Bischöfliche Akademie, Aachen, Germany

2011 : Southern Spirit – Aspects of the Negev in Contemporary Israeli Art ( curator Dr Dalia Manor ) The Genia Schreiber University Art Gallery, Tel Aviv University, Tel Aviv, Israel

2011 : AD – DRESS : Thoughs on Garments, ( Curator : Sophia Dekel-Caspi ), Jerusalem Artists’ House, Jerusalem, Israel

2011 : Southern Spirit, Aspects of the Negev in Contemporary Israeli Art ( curator : Dr Dalia Manor ), Negev Museum Beer Sheva, Beer Sheva, Israel

2011 : Home, Memory, Place: Negev, ( curator : Israel Rabinovitsh ), Kay academic college, Beer Sheva, Israel

2011 : Lyrical Correctness, ( curator : Katharina Mayer ), FiftyFifty Galerie, Dusseldorf, Germany

2011 : Schwarze Wielde Chaye, ( Curator : Liav Mizrahi ), Zemac Contemporary Art, Tel Aviv

2011 : “Israel From Within and from Without”, ( Curators : Rinat Harel, Holland Dieringer, and Stuart Steck ) Rubin-Frankel Gallery, Boston University Hillel, Boston, USA

2011 : site specific, ( Curator : Carmit Blumenson ), 10 Gallery, Bet Michal, Rehovot, Israel

2010 : Far away, Right here, ( A project by : Fabio Morais & Marilá Dardot ), 29th São Paulo Biennial, Sao Paulo

2010 : The Exotic West, ( Curator : Dor Guez ) The Jewish Cultural Centre, parallel to the São Paulo Biennial, Sao Paulo

2010 : Fresh Paint 3, Inga Gallery of Contemporary Art, Tel Aviv, Israel.

2010 : The « Old Man » : David Ben-Gurion and His Legacy in the Mirror of Israeli Art, ( Curator Prof. Haim Maor ), Ben-Gurion University of the Negev, Israel

2010 : In Detail: From the Collections of Arnie Druck ( Curator : Yeala Hazut ), Haifa Museum of Art, Haifa, Israel

2009 : The Winners for 2008 The Ministry of Culture and Sport, Prizes in Art and Design, ( Curator : Galia Bar Or ) Museum of Art, Ein Harod, Israel.

2009 : Consolation ( Hosting by : David Adika ) Inga Gallery of Contemporary Art, Tel Aviv, Israel.

2009 : Forbidden Juctions, ( Curator : Dor Guez )  The Israeli Center for Digital Art, Holon, Israel.

2008 : Silencio!, ( Curator : Audrey Illouz ) Vermelho Gallery, Sao Paolo, Brazil

2008 : Local, 10 Exhibitions. ( Curator : Shelly Cohen ) The Architect’s House Gallery, Jaffa, Israel

2008 : Sehnsucht (Aspiration), ( Curator : Dr Georges Armaos ), Light & Sie Gallery, Dallas, Usa

2007 : Of Ar, The architcture worker, Commissariat : Shelly Cohen, Architecte & Dr Shani Bar-On, The Gallery of the Achitect house, Jaffa, Israel

2007 : « Crossings » The Nicosia Municipal Arts Centre, The Pierides Foundation, Nicosia, Cyprus

2006 : In Between Places: New Art from Israel (curator: Kari Conte),Vivian Horan Gallery, New York, United-States

2006 : New Territories (curator : Michel Dewilde) Hall de Bruges, Belgium

2005 : Arab Jews and Arab (curators – Shula Keshet and Zahad Harsh, kufur-kassem), Israel

2005 : Border Lines Action Field KODRA 2005. Curator: Sania Papa, Kalamaria, Thessaloniki, Greece.

2005 : Israeli photographers Photographing Themselves Photographing, (curator: Prof Mordechai Omer) – The Genia Schreiber University Art Gallery – Tel-Aviv University Ramat Aviv, Tel-Aviv, Israel

2004 : “you don’t look hungry to me…” (curators: Michal Shamir & Orly Welkovsky), Limbus Gallery, Tel Aviv, Israel

2004 : In memory of Dan Zakhem, Shelter 209, Tel Aviv, France

2003 : Israeli Object / a Matter of Time (curator: Tsofia Dekel), The Israel national museum of science, planning & technology, Daniel & Matilde Recanati Center, Haifa, Israel

2002 : Arts & Food (curator: Hagite Elon), The Israel Museum, Jerusalem

2002 : Jouets d’artistes, Joël Scholtès Gallery, Nice

2002 : Clinique, Rosenfeld Gallery, Tel-Aviv, France

2001 : The Cold Equator, Daniel Azoulay Gallery, Miami, United States

2001: Jolie attaque pour perdre, La Station, Espace des arts, Colomiers, France

2000: Kaléidoscope, Mediarama Logoscope, Monaco

2000 : Lucy sweetie darling, Roselyne & Patrick Michaud collection, La Station, Galerie du Château, Nice, France

2000 : Pioneer Hotel, Triangle France, la Friche la belle de mai, Marseille, France

 

Screenings ( Selection ) :

 

2014 : The Giant, ( Curator : Eitan Buganim ), artists studio Tel Aviv, Tel Aviv Israel

2012 : inSALAAM inSHALLOM ( Curator : Ayelet Bitan Shlonsky & Claudette Zorea ), Beit H’air – Urban Culture Museum, Tel Aviv, Israel

2010 : Others2Specify ( Curated by : SpecifyOthers ) White Box, NYC

2007 : Fiac cinema (Guest curator : d.c.a / Centre Photographique d’Ile-de-France) Palais de Tokyo, Paris

2007 : Film Museum Dusseldorf, Dusseldorf

2006 : Filmés au Louvre, (Curator : Marie-Laure Bernadac) The Louvre Museum, Paris, France

2006 : Museum of Modern and Contemporary Art, Strasbourg, France in connection with the Apollonia project “Artists from here and there, a dynamics for the territories”

2005 : Museum of Modern and Contemporary Art, Nice, France

2005 : Le miroir, Marseille Museums theater, France

2006 : CROSSINGS a contemporary view, Fort Saint Angelo, Birgu, Malta

 

Formation : 

 

2012 : Ecole supérieure des Beaux Arts, Toulon, France

2011 : The Artis Grant Program, Artis, NYC, USA

2008 : Young Artist’s Prize, Israeli Ministry of Science, Culture & Sports Prize, Israel

2008 : Artist Prize, South Film Festival, Sderot, Israel

2004 : European Association for Jewish Culture, Paris, France

2003 : Aide à la création, French Judaïsm Foundation, Paris, France

2001 : Alliance Israélite Universelle, Paris, France

 

Festivals:

 

2010: South Film Festival, Sderot, Israel

2009 : City Shelter, Sapir Academic College, Sderot, Israel

2009 : Displacement, ( Curator : Irena Gordon ) MusraraMix#9 International Festival for Art, Culture and Society, Musrara, Jerusalem

2008 : South Film Festival, Sderot, Israel

2005 : Focus on Israeli filmmaking, Marseille (6th edition)

2005 : 5th Israeli film festival, Paris

 

Residences:

 

2014 : Schir Residency, Berlin, Germany

2012 : Villa Tamaris, La Seyne sur Mer, France

2011 : Artist Pension Trust studio, Brooklyn, USA

2007 : Mishkan Amanim, Herzlia. Israël

2007 : Gast Atelier Stadt Dusseldorf, Kunstler Hous, Dusseldorf, Allemagne

2006 : Atelier de production, Centre Photographique d’Ile-de-France (Contemporary Art Center for Photography), Pontault-Combault, France

2006 : Cité internationale des arts, Paris

2005 : Apollonia Strasbourg  & ArtBOX Grèce. (curator: Sania Papa. Kalamaria, Thessaloniki, Greece

200ִִ4-5 : Cité internationale des arts, Paris,  France

2000 : Triangle France, Marseille, France

 

 

Projets de conservation:

 

2006 : Amit Berlovitz (Moi, Elles…) Relation photographique au féminin, Publisher: Raw Art Gallery, Tel Aviv, Israël (catalogue)

2004-2005 : Vite ! Vite ! du Noir…Atelier 8422, Cité Internationale des Arts, Paris, France

2002 : Clinique, Rosenfeld Gallery, Tel-Aviv, Israel  (catalogue).

YOSEF JOSEPH DADOUNE

Fresh Light, Joseph Dadoune (pasteles), Donatien Grau (texte)

… des couleurs vives et des compositions spontanées, un espace imaginaire spirituel à la fois intime et contemplatif, des traces de voyages intérieurs, au seuil du monde visible et du monde invisible, une offrande de bonheur aux couleurs du monde, des champs de fenouil sauvages, Cyprès plantés en rideaux brise-vent, arbres-passeurs des âmes, être surpris par ce que j’ai fait. Joseph Dadoune

L’AUTEUR, L’ARTISTE
Joseph Dadoune, né le 24 Avril 1975 à Nice, est un artiste européen qui travaille à la confluence de la vidéo, de la performance, du dessin, et de l’action sociale. Joseph Dadoune se fait connaître au début des années 2000 grâce à son film « Sion » (2006- 2007), produit avec le soutien et la participation du musée du Louvre avec l’actrice Ronit Elkabetz. En 2017, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres et au mois de juillet de la même année, son projet « Un Printemps arabe » (233 photos et 17 vidéos) est choisi pour intégrer les collections du Centre Pompidou. En 2018, il est Lauréat du prix de la fondation Renée et Léonce Bernheim. Joseph Dadoune a participé à plus de 200 expositions personnelles et collectives. Les œuvres de Joseph Dadoune se trouvent au Musée du Louvre, au FNAC de Paris, au FRAC Normandie Rouen, au Musée d’Israël

L’ECRIVAIN
Donatien Grau, est né le 28 septembre 1987. Depuis dix ans Donatien Grau exerce des fonctions universitaires (Ecole Normale Supérieure, Sorbonne) et muséales (Getty, musée d’Orsay). Docteur en littérature française et comparée, en littérature moderne et histoire de l’art, et en sciences historiques et philologiques, il est l’auteur à la fois de travaux savants (Néron en Occident, 2015, Le Roman romain, 2018), et d’écrits contemporains (Plato in L. A., 2018, Le Musée transitoire, avec Emanuele Coccia, 2018). Il co-dirige la collection Figures.

LES GRAPHISTES
baldinger•vu-huu. Atelier de conception graphique et typographique

LE LIVRE

FF 16,5 x 24 cm – 192 p – 80 reproductions couleur 


– ISBN 978-2-36980-186-3 – EAN 9782369801863  Prix public : 30 Euros 

Date de parution 21 janvier 2021.

 

 

 

 

Yosef Joseph Dadoune, "Furrow testimony", 2016
Joseph Dadoune, "Poèmes Hannah Arendt", 2016, 84,1 x 59,4 cm
Joseph Dadoune, Lost in the sea, 2017
Joseph Dadoune, "Lost Memory", 2017, 21 x 29,7 cm
Yosef Joseph Dadoune, "Fleurs / After War. Blind Spot", 2015-2016, 57,8 x 41,8 cm
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
 

Joseph Dadoune - Ainsi va la lumière

Loading new posts...
No more posts