Benoit Barbagli

Ingénieur en technologie conceptuelle, élabore un réseau de transmission de pensées à distance sans interface intermédiaire. Une technologie qui agit comme un lubrifiant sur les mots et les choses, entre les gestes et les émotions, pour les assouplir et les connecter. Il utilise pour y parvenir l’amour et la vie. Une technologie parfois verbale, parfois plastique, qui ne cesse de construire des ponts entre de nombreux savoirs qui se révèlent au travers des rencontres et du collectif. Chaque projet engendre l’émulsion de différents corps de métiers: alpinistes, ingénieurs, architectes, marins…

 

 

 

L’artiste ne sait pas, il apprend, il échange et devient comme le miroir de ses rencontres. La transdisciplinarité fait la force des projets. Elle défait les parois déjà poreuses de l’art pour en faire un objet sans bord, non constitué, à vocation de créer du lien.

 

 

Une ingénierie extravagante en déphase assumée avec un quelconque progrès technologique, une sensibilité à la cause écologique, un éloge de la simplicité du geste, en donne une lecture militante certaine. Le regard sur les gestes oscille entre une satire des formes culturelles instituantes, un acte poétique déraisonné et une vigoureuse expression érotique traversée par un questionnement sur le genre.

 

 

Il fluctue entre un projet de communication et de diffusion à grande échelle (Art – Bussiness – Marketing Contemporain 3.0 ) et une intense histoire d’amour contée avec sincérité et engagement. Il vacille entre la tenue d’un discours de logicien rigoureux, structuré, et une imposture intellectuelle dont on ne saurait jamais bien dire à qu’elle moment elle aurait commencé. Habillé par des dispositifs complexes et des références parfois ténues, le sens du geste, lui s’exprime dans un langage simple, populaire, toujours sincère.

 

 

Bucolique, amoureux, aimant la vie, et lui rendant grâce, plongeant franchement en plein dedans, décrétant l’art comme prétexte à la vie. Et croyez-le ou non, dans cette activité bouillonnante, l’éloge est fait à la lenteur, balbutiant la décroissance comme seule fenêtre environnementale possible. Cette activité ralentie se  tourne toujours plus vers la méditation, comme un mode d’accès à soi, comme un mode de revendication sociétale, en fantasmant l’ultime pièce comme un simple souffle: une respiration.

 

Tentative amoureuse, 2014

 

 

Tentative liquide, 2015

Benoit Barbagli vit et travaille à Paris.

 


 

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

 

2018

Avec plaisir, Galerie Eva Vautier, Nice

La mémoire et la mer, commissariat Rebecca François Massena, Nice

Private Choice, commissariat Nadia Candet,  Paris

Emosophia, commissariat Caterina Zevola Open Bach,  Paris

Une collection 5, commissariat Camillle Frasca, Paris

Rien ne se perd, commissariat Camillle Frasca, Paris

 

 

2017

Une collection, Commissariat Camillle Frasca, Nice

Derrière la Mer, Galerie de Beuil, Beuil (en duo avec Anne-laure Wuillai)

 

 

2015

Odyssée, Galerie La Marine, Nice / Exposition organisée par la Villa Arson – étudiants diplômés 2015

 

 

2014

Des corps compétents, Centre d’art de la Villa Arson, Nice

 

 

2013

Travaux en cours, Galerie Eva Vautier, Nice / Exposition collective et commissariat organisé en partenariat avec Eva Vautier

Manca, concert performatif, MAMAC, Nice

 

 

 

PUBLICATIONS

 

 

2014

Ici la terre – le mémoire, Mémoire de fin d’études suivi par Joseph Mouton, Villa Arson, Nice

 

2015

Ici la terre – l’expédition, Coédition pour le projet Ici la terre, réalisée avec les textes d’Antoine Tournier

 

 

 

FORMATIONS

 

 

2015

DNSEP, Villa Arson, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nice

 

2013

DNAP, Villa Arson, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nice

 

2011

Licence III Philosophie, Université Nice Sophia Antipolis

La marée de la trépidation 

© Benoit Barbagli

 

 

 

Expression d’une émotion amoureuse

© Benoit Barbagli

 

 

Nous avons essayé de nous endormir sous l’eau

© Benoit Barbagli

AZIMUTH

 

Commissaire de l’exposition Élémentaire, 2017, avec Tom Barbagli, Charlie Chine, Jacqueline Gainon, Anne-Laure Wuillai

 

 

Benoît BarbagliTom Barbagli, Evan Bourgeau

Camille Franch-Guerra, Omar Rodriguez Sanmartin

Florent TestaAnne-Laure Wuillai

 

 

Avec la participation de

Célia Vanhoutte, scénographie énergétique

Frédéric Blancart, commissaire d’exposition

 

 

 

 

« Qui nous a traînés ici ? Je le maudis ! »

 

Cette phrase revenait souvent avec ces variations :

 

« Mes mains sont gelées ! » 

« Je suis encore tombé dans un trou ! »

« Ce n’est pas le bon chemin ».

 

 

Parfois la vallée taisait les grognements, à d’autres instants elle leur offrait un puissant écho. À 2500 m d’altitude dans les montagnes du Mercantour, la traversée du Trécolpas vers le refuge de la Cougourde fut bien plus ardue que nous l’avions imaginé.

 

Tout d’abord parce que les raquettes premier prix en dévers cela ne marche pas, ça déchausse tout le temps, tu perds l’équilibre et tu tombes sur le côté, et puis bon courage pour te relever.

 

Du coup la plupart d’entre nous a choisi de ne pas les utiliser, et comme il y avait au moins un mètre de neige, c’était assez gelé pour glisser mais aussi assez mou pour qu’on s’enfonce jusqu’à l’entrejambe. Avec le poids du sac à chaque pas c’était la peur que la neige craque, car une fois bloqué ça impliquait plusieurs minutes pour se dégager.

 

Artiste co-fondateur & commissaire, chez Galerie Eva Vautier , Nice
NICE
Galerie Eva Vautier
2 rue vernier – Quartier Libération
06600 Nice
Tel 09 80 84 96 73
Tel 06 07 25 14 08

 


 

 

Artiste chez Galerie Bertheas – Saint-Etienne, Vichi, Paris

PARIS

76, rue de Turenne 75003
01 42 71 73 51 – 06 13 57 11 80
paris@galeriebertheas.fr

________________________

SAINT-ETIENNE

1 & 2 place Maxime Gorki 42000
04 77 41 80 77 – 06 14 75 05 48
saint-etienne@galeriebertheas.fr

_________________________

VICHY

23, rue du Parc 03200
04 70 31 74 08 – 06 89 95 59 13
vichy@galeriebertheas.fr