Paréidolie 2022 – Salon international du dessin contemporain

Foire à venir

Paréidolie 2022

Salon international du dessin contemporain

STAND 13 | Week-end du 27 & 28 août 2022

Gérald Panighi | Charlotte Pringuey-Cessac | Ben Vautier

En 2022, la Galerie Eva Vautier souhaite confronter l’esprit et la matière.

Les deux notions sont indissociables, les artistes présentés font un lien constant entre les deux, allant des réflexions illustrées de Gérald Panighi, à la matérialisation de l’action en la fabrication d’une feuille dessinée par Charlotte Pringuey- Cessac et les dessins iconoclastes de Ben font trait d’union entre l’esprit et la matière.

Gérald Panighi

 

 » Bien sûr en voyant pour la première fois les petites vignettes de Gérald Panighi envahissant tout un mur avec une certaine désinvolture comme s’il ne s’agissait que de banals Post-It, mon regard s’est égaré sur cette atomisation étourdissante. C’est qu’il y a à voir et à lire dans l’oeuvre de Gérald. »

Extrait du texte de Michèle Goarant, 2011

Gerald Panighi, La lune en voiture ne suivait que moi, 2021, Crayon et huile de lin sur papier - 27,5 x 22,5 cm

Charlotte Pringuey-Cessac

 

Avec une pratique résolument protéiforme, Charlotte Pringuey-Cessac passe d’un médium à un autre, d’une matière à une autre en étroite relation avec l’intention d’un récit. Mythologies (personnelles ou universelles), histoires premières, expressions humaines, matériaux sobres peuvent se retrouver confrontés à un lieu, une actualité, des technologies expérimentales, des machines innovantes, etc.

Charlotte Pringuey-Cessac, EXISTE, 2021, Papier Arches et charbon de bois, 29,7 x 42 cm.

Ben Vautier

 

« De la fin des années 1950 à aujourd’hui, Ben met en scène et se met en scène au cœur d’un monde dont il ne finit jamais de dire ce qui l’effraie et l’amuse. Ben vocifère et tempête. Il écrit et il apostrophe. […] Il faut le voir chercher à construire son langage. « Je dessinais des formes que je jetais si je retrouvais leur source d’influence », écrit-il au sujet de ses premiers travaux. Il faut l’entendre chercher « un début de personnalité » lorsqu’apparaît en 1957, la forme de la Banane. Et puis, viennent les Lignes, les Tâches, les Sculptures d’Objets, les Objets suspendus, le Déséquilibre, les Trous, les Sculptures vivantes, le Manque et le Tout… Le Tout comme la recherche de la réalité en sa totalité, le Tout pour que rien ne lui échappe. Entre leurre et maîtrise. Sans doute une superbe définition de la création. »

Extrait de texte, Bernard Blistène

Ben Vautier, Je doute, 2005, Dessin au correcteur blanc sur papier, 28,5 x 38,5 cm.
Dossier de presse